Spoek Mathambo retourne aux basiques avec Tales From The Lost City

Alors que le monde entier s’embrase autour des rythmes électroniques du gqom sud-africain, et se prend même à la lubie de redécouvrir le kwaito, Spoek Mathambo, lui, prend à nouveau tout le monde de court, en renouant avec ses basiques, ceux du hip-hop, qu’il déploie sur un nouvel album Tales From The Lost City.

Et dans ses contes de la cité perdue, Spoek Mathambo voit les choses en grand et il les fait biens, en distillant un hip-hop qui conviendra aux puristes comme aux badauds atterri par hasard sur cette page. Pas question ici de se contenter d’une mauvaise trap de supermarché, avec un sample de guitare congolaise noyé dans le beat en guise de mélodies, et de l’autotune versée en cascade pour dissimuler l’absence de flow… ça vous rappelle quelqu’un ? Non, sur ses nouveaux Tales, Spoek produit un hip-hop de qualité qui vient flirter avec Biggie et Dizzee, un hip-hop qui coule de source, liquid à souhait, un hip-hop qui se parfume de RnB rétro avec le collectif Batuk en renfort, un hip-hop qui renoue avec le Future Sound of Mzansi d’antan, et un hip-hop qui plonge dans les remous d’un arc-en-ciel qui a du mal à recoller les morceaux.

Car derrière les scratchs et les samples, derrière les collaborations de Spizzy, Mark Mushiva, Vuyo et Daev Martian, se dessine les contours d’un grand disque de hip-hop, c’est à dire engagé, social et puissant ! Un grand récit de rythmes et de poésies, Tales From The Lost City !

Spoek Mathambo – Tales From The Lost City :

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Tales From The Los City » le dernier opus de l’artiste sud africain Spoek Mathambo, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

1 réflexion au sujet de « Spoek Mathambo retourne aux basiques avec Tales From The Lost City »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.