La vidéo de “In C Mali” désormais en version longue

On en parlait il y a peu sur Djolo, Cultures d’Afrique, on a même tellement aimé qu’on l’avait sélectionné dans notre top des albums de 2014… je veux bien sûr parler (au cas si vous n’aviez pas vu le titre !) de ce fabuleux nouveau projet de Africa Express, qui consistait à fournir une nouvelle interprétation, la première africaine, du titre phare de la musique minimaliste “In C” de Terry Riley.

C’est effectivement de la maison des jeunes de Bamako, qu’ils ont enregistré cette version, intitulé pour l’occasion “In C Mali”, on y retrouve tout un tas de musiciens maliens talentueux, interprétant chacun son motif  en do (“C” dans la notation anglaise de la musique veut dire “Do”), au sein de cette véritable symphonie ouest-africaine.

La sortie de l’album “In C Mali” était accompagné d’un petit clip de quelques minutes, qui accompagnait la transe musicale, d’une errance visuelle dans les rues de la capitale malienne… quelques minutes… un peu court quand même pour ce morceau d’une quarantaine de minutes… et bien vous pouvez vous réjouir, car l’équipe de Africa Express, vient, cette semaine, de sortir la vidéo de “In C Mali”, réalisée par Roland Hamilton, en version longue !!

Donc… installez-vous confortablement dans votre meilleur fauteuil, réglez votre installation audiovisuelle correctement, et c’est partie pour plus de 40 minutes, alors fermez… non ouvrez grand les yeux, et laissez-vous portez par la musique, et les images !!

 

Africa Express – “In C Mali” :

 

 

Si vous avez appréciez le contenu de cet article sur la version longue de «In C Mali» d’Africa Express, n’hésitez pas à visiter notre page Facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

2 Comments

[…] Un album au nom symptomatique du caractère multiforme et polymorphe du groupe, car il s’intitulera What Are You ! De ce premier opus on peut déjà en découvrir trois titres, qui réponde en tout point au signalement effectué ci-dessus, c’est-à-dire celui d’un son qui fait le grand écart entre le Shrine de Lagos, et une version légèrement décadente du Studio 54 de New York. Vient d’abord le planant « Three’s A Charm » et son solide ancrage ouest-africain, puis suis le plus percutant « Go » avec ses guitares afrobeat et son ambiance post-punk discomaniaque, puis le disque se clôture sur le lancinant « Nmani », qui part certains égards rappelle le “In C” de Terry Riley, ou tout du moins sa revisite malienne. […]

[…] Comme dans un microscope… genre un microscope très puissant, pas celui que vous aviez dans vos cours de biologie du collège, on regarde les éléments sonores distincts entrer en collision les uns contre les autres, et puis on dézoome, et on voit autre chose apparaître, et on dézoome encore, et… bon on va pas vous refaire votre cour sur micro et macro. On vous passe les saxs et le trombone qui viennent s’intercaler ici donnant une coloration parfois très jazz à l’œuvre, pour directement aborder une autre analogie que l’on a trouvé judicieux de faire, celle avec la musique minimale. Oui, difficile de ne pas penser en écoutant ce Fleeting Future à des artistes comme Philip Glass, Michael Nyman, et, surtout, Terry Riley, notamment à son fameux In C. […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.