Keleketla! ou l’énorme nouveau projet de Coldcut – Djolo

Le mythique groupe de musique électronique Coldcut, oui, ceux-là mêmes qui ont fondé le label Ninja Tune, rempile pour un nouveau projet tout simplement énorme : Keleketla! Si souvent on a l’image un peu facile à dégainer de la montagne qui accouche d’une souris… ici il s’agirait plutôt de l’inverser, avec Keleketla! c’est la souris qui a enfanté une montagne… bon on passera sur les impossibles détails anatomiques de la métaphore pour vous raconter la genèse de ce projet énorme qui connecte l’Angleterre et l’Afrique du Sud, en passant par Lagos, New York, Los Angeles et… la Papouasie Occidentale… oui oui !

Tout commence quand le duo Coldcut est parti en Afrique du Sud pour répondre à l’invitation d’un autre duo d’artistes, Rangoato Hlasane et Malose Malahlela, et d’une petite librairie de quartier, la Keleketla! Library – bon quand on dit petite librairie de quartier, on romance un peu, ce n’est pas la médiathèque de votre CCF, ou la petite bibliothèque municipale Aimé Césaire de Castelnau-le-Lez, non c’est déjà une plateforme multimédia, artistique et engagée – pour venir enregistrer avec des artistes d’Afrique du Sud, principalement issus de la nouvelle scène jazz.

Bon ça c’est le début… puisque la gentille petite session d’enregistrement de Soweto s’est rapidement transformé une jam géante qui déchaîne des montagnes de… on a un peu trop mis de montagne dans le post là, disons alors qui déchaîne des …dictionnaire des synonymes… amoncellements de… ah, là c’est moche… bon enfin vous avez compris l’idée la session déchaîne, secoue, ébranle, galvanise, exalte, un jazz teinté d’une électronique acide, du gqom qui part en roue libre sur du trip-hop, de la house qui fait hop… Et le tout, en plus, avec des musiciens de talents, à savoir la rappeuse Yugen Blakrok, la chanteuse de jazz Nono Nkoane, les rythmes du malombo porté par le percussionniste Thabang Tabane, l’incroyable Sibusile Xaba, mais aussi Tubatsi Moloi, Gally Ngoveni, Soundz of the South Collective, et DJ Mabheko, un pilier de la scène gqom de Durban…. ouf… grande respiration !

Et une respiration il va nous en falloir une grande effectivement ! Car si vous pensez que le projet, que Keleketla! s’arrête ici… vous n’avez rien vu encore, le monstre commence à peine à rugir !

Après cette session d’enregistrement sud-africaine, les compères de Coldcut, de retour dans leur royaume londonien, se sont dit : ah, tiens si on prolongeait un peu le projet avec une session d’enregistrement ici, à Londres. Et quand Coldcut veut enregistrer à Londres, forcément, ça fait des étincelles et ça rameute du beau monde en pagaille !

Vous êtes prêts ? Alors on y va ! Figure aux crédits de la session londonienne de Keleketla!, nul autre que, et là si on pouvait vous l’écrire on mettrait des majuscules et des lettres enluminées, le grand, le regretté, l’illustre batteur et pionnier de l’afrobeat, Tony Allen, suivi de prêt par un autre pensionnaire des rangs de Fela, Dele Sosimi ! On s’arrêterait ici que déjà on a de quoi faire dix albums ! Mais bon, continuons avec un autre monstre, un des grands prêtres du jazz nouvelle génération… un certain Shabaka Hutchings, qui vient ouvrir la voie pour toute la jeune et bouillonnante scène jazz britannique qui s’engouffre à sa suite sur le disque avec Ed « Tenderlonious » Cawthorne, la saxophoniste Tamar Osborn, le sémillant guitariste Miles James, les claviers cosmiques de Joe Armon-Jones, ou encore Eska Mtungwazi. Il faut aussi citer le Ghanéen Afla Sackey qui abandonne le temps de ce disque son orchestre Afrik Bawantu, mais aussi un papou en goguette, non, en fait pas vraiment goguette, mais en exil forcé à Londres, qui trompe son activisme dans la musique, un certain Benny Wenda venu avec sa femme avec qui ils forment The Lani Singers, et on finit ici la liste sur une pointe électronique avec le batteur Jungle Drummer, et les scratchs de DeeJay Random !

Oh… mais… non… vraiment… vous croyez qu’on allait s’arrêter là ? Mais bien sûr que non ! Puisque si le disque éponyme de Keleketla!, dont la sortie est attendue pas plus tard que le 3 juillet chez Ahead of our Time, est divisé en deux sessions, à Londres et à Soweto… il y a aussi Los Angeles, depuis laquelle les pionniers de The Watts Prophets ont tenus à participer, et puis, autre contribution du pays de l’Oncle Donald, celle de l’Antibalas Orchestra et leur afrobeat new-yorkais…

Bon là on a vraiment fini de balancer des noms (en fait non, car on pourrait continuer avec ceux qui ont œuvré au remix de certains singles que vous découvrirez ci-dessous) ! Alors monstrueux ou pas ce Keleketla! né dans une petite librairie de Jo’burg ? Non, car en réalité le vrai monstre qui sous-tend ce disque, il est vicieux, sombre et injuste, c’est la guerre… c’est pourquoi ColdCut et tous ces musiciens qui ont fait ce disque, ont décidé de reverser une partie des bénéfices à l’association In Place of War, qui tend à se servir de l’art pour aider dans les zones de conflits.

Keleketla! – Keleketla! :

Keleketla! – International Love Affair :

Keleketla! – Future Toyi Toyi :

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Keleketla! » le dernier projet de Keleketla! Library et Coldcut, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

3 réflexions au sujet de “Keleketla! ou l’énorme nouveau projet de Coldcut – Djolo”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.