Houssam Gania, la jeunesse de la scène gnawa marocaine

Si elle semble exister depuis des temps immémoriaux, la musique gnawa ne manque pas de séduire un public toujours plus grand, qui dépasse depuis longtemps la seule communauté noire de Maroc ; il n’y a qu’à voir le succès chaque année du festival des Gnaouas d’Essaouira ! Mais nous ne sommes pas là pour parler festivals, mais plutôt d’un artiste, Houssam Gania qui représente la nouvelle génération, sur cette très dynamique scène spiritualo-musicale marocaine, et de son dernier album, ou plutôt devrait-on dire cassette, Mosawi Swiri.

Après avoir travaillé avec son père, grand Mâalem, grand initié de ses arts spirituels, feu Mahmoud Gania, le label britannique spécialisé dans les musiques du monde Hive Mind Records dédie un nouvel opus à la musique marocaine, en produisant ce Mosawi Swiri de son fils Houssam Gania ; qui devrait sortir en cassette (édition limitée à 100 exemplaires) et en version numérique, le 22 de ce mois (achat ici).

Et le résultat n’est pas mal du tout, on retrouve sur Mosawi Swiri la partie « bleue » d’une cérémonie en hommage à Sidi Musa, un saint de la mer et des airs, qui a une importance toute particulière à Essouira, dont est originaire Houssam. Et, alors qu’une grande partie de cette œuvre s’inscrit très fidèlement dans la tradition gnawa, sur deux titres Houssam Gania emmène le rituel sous d’autres cieux, invitant une guitare électrique à rentrer dans la transe, au côté des guembris.

Houssam Gania – Mosawi Swiri :

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Mosawi Swiri » le dernier opus de Houssam Gania, n’hésitez pas à visiter notre page Facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».


2 réflexions au sujet de “Houssam Gania, la jeunesse de la scène gnawa marocaine”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.