Virée dans un paysage gnawa revisité avec Kodssi

Le nom de Kodssi ne devrait pas être inconnu aux amateurs de musique gnawa, c’est-à-dire la musique héritée des noirs du Maghreb ; Gnawa au Maroc, Diwan en Algérie, Stambeli en Tunisie, un genre musical très particulier qui oscille entre le mysticisme des traditions ouest-africaines, et la spiritualité islamique du Maghreb, avec ses singularités, et son culte des saints et des marabouts. Mais revenons à Kodssi, si ce nom ne laissera pas indifférent aux adeptes du genre, c’est qu’il est bien connu sur la scène gnawa de Marrakech, et si nous allons parler aujourd’hui du jeune Yassine Kodssi, et de son gnawa revisité, son père, Abdeljalil Kodssi a lui même quelques années plus tôt emprunté lui aussi cette voie, et l’a pavé quelques disques solos, et de collaborations prestigieuses avec de grands noms du jazz, notamment avec le pianiste cubain Omar Sosa.

Mais assez parlé de l’arbre, parlons du fruit qui est tombé bien près du tronc, et qui est aussi bien mûr ! Yassine Kodssi se lance dans l’aventure familiale et vient de partager un très bon EP, où il s’ancre dans la tradition marocaine du gnawa, mais jette son regard, comme sa musique, dans les turbulences modernes et jazzy organisées, et même finement organisées, par l’aventurier sonore et producteur irlandais John Keating a.k.a Johno, et son équipe de talentueux musiciens grecs !

Un équilibre entre tradition et modernité, et surtout entre deux continents, qui fonctionne plutôt bien, et se répand sur trois titres intitulés « Mberika », « Regalame » & « Fou Fou », que vous pouvez découvrir ci-dessous !

 

Kodssi ft. Johno – “Mberika”, “Regalame” & “Fou Fou” :

 

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Mberika », « Regalame » & « Fou Fou » les derniers titres de Kodssi et Johno, n’hésitez pas à visiter notre page Facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

 

2 Comments

[…] Mais prenons le temps tout de même de dire un mot sur ceux qui porte cette douce voix à nos oreilles, c’est-à-dire les Delia Sessions, une série de petits concerts intimistes captés en vidéo, un peu à l’image des Tiny Desk Concert de NPR, et autres Sofar Sounds, initiée par la Delia Arts Foundation qui soutient les artistes dans les zones de conflits, ou connaissants des difficultés… disons importants. Et pour enregistrer Rola Azar, ils sont allés posé leurs caméras et leurs micros dans le joli Singer’s Café de Bethléem… une petite ville en Cisjordanie, pas loin de Jérusalem ! On peut aussi dire que l’on retrouve au crédit de cette première Delia Sessions, qui on l’espère ouvre la voie à de nombreuses autres, un nom qui nous est familier, celui du producteur irlandais Johno, dont on vous avait déjà parlé pour son travail sur le gnawa marocain au côté de Kodssi. […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.