Dona Onete, la reine de l’Amazone à contre-courant

Avec son dernier disque, Rebujo, la reine de la musique amazonienne et des métissages de Belém, Dona Onete, prend le Brésil de Bolsonaro à contre-courant et remue cette boue noire et indigène que le pouvoir blanc cherche à nier dans son existence même. Faut dire que le titre de Rebujo est bien choisi pour nommer ce nouvel album, c’est un mot en argot amazonien qui désigne les courants de l’Amazone qui ramène les limons et les nutriments du lit de la rivière à la surface, nourrissant ainsi le fleuve et lui donnant sa couleur… boueuse. Et c’est ce à quoi s’emploie Dona Onete sur ce nouvel album, elle va chercher son inspiration aux sources des cultures indigènes et brésiliennes, elle racle les grooves des musiques noires, et remonte le tout à la surface, en se chargeant en passant de cumbia et de rythmes caribéens en tout genre, nourrissant à son tour toute la population brésilienne, blanche comme noire, mulâtre, métisse, ou amérindienne, de ce délicieux carimbo boueux, teinté de samba et de tout ce qu’on a cité auparavant !

Et heureusement que Dona Onete a la carrure et la prestance suffisante pour assumer ce rôle de trouble fait musical ! Loin d’être une jeune starlette sortie d’un chapeau d’une grande major, elle qui approche aujourd’hui des 80 ans n’a en réalité jamais pensé être chanteuse. Elle a été professeur d’histoire, spécialiste du folklore, ça oui, secrétaire à la culture aussi, et même auteure pour enfant… mais chanteuse, ce n’est qu’en 2014, à 73 ans, qu’elle a enregistré son premier disque Feitiço Caboclo. Aujourd’hui, elle est une ambassadrice de choix pour les cultures amazoniennes et, en plus de remuer la boue brésilienne pour rappeler à tout un chacun que le Brésil est un pays de mélange et de métissage, elle en fait également la promotion au travers de ses tournées dorénavant mondiales.

Dona Onete – Rebujo :

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Rebujo » le dernier album de Dona Onete, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.