Plafonddeinst, les blanches et bruyantes insomnies de Nandele Maguni

Si l’on considère qu’en musique il y a deux voies, celle qui, comme le chant du rossignol, cherche à égayer l’âme par sa beauté, et celle qui, au contraire, cherche à l’étourdir avec la répétition transcendantale de sons ou de percussions, alors, Plafonddeinst, le dernier disque du producteur mozambicain Nandele Maguni se positionne entre les deux… Non, en fait disons qu’il sample le chant du rossignol, le loop à l’infini, le plonge dans un épais bain d’électronique, et le transforme en une track assourdissante !

Sur Plafonddeinst qui vient de sortir en numérique et en cassette chez Already Dead Tapes and Records, Nandele a décidé de saisir en quelques titres un moment bien particulier. Un moment qu’on a tous connu au moins une fois dans nos vies, et si vous parlez néerlandais vous avez déjà compris de quoi il s’agit, car c’est là le sens du titre de l’album… ce moment ou pris d’insomnie vous restez à fixer longuement le plafond blanc au-dessus de vous, laissant votre esprit divaguer aux portes du sommeil, pourtant sans jamais en trouver les poignées.

Un disque donc plutôt halluciné, où Nandele a samplé, compilé, et enregistré, les ambiances de ses nuits éveillées des trois dernières années… une ballade sonore dans des chambres de Maputo, Macaneta, Lisbon, Abidjan, Johannesburg, ou encore Addis Abbeba. Des ambiances captées et digérées par des machineries complexes, régurgitant un album intense et étrange, un album où des bips se transforment en cri dans la nuit, où un moteur au loin qui peine à démarrer devient un beat infatigable, où le grésil électrique vient bercer les mots d’un poème sorti de la brume… Un album qui trompe l’insomnie dans le bruit. Plafonddeinst.

Nandele Maguni – Plafonddeinst :

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Plafonddeinst » le dernier album du producteur mozambicain Nandele Maguni, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

1 réflexion au sujet de « Plafonddeinst, les blanches et bruyantes insomnies de Nandele Maguni »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.