Boul Bayi, avec Chyco Siméon on ne baisse pas les bras, ni le jazz

Boul Bayi, ou traduit du wolof, ne baisse pas les bras, voilà la nouvelle injonction à la résistance et la résilience qui nous admoneste le jazzman antillais Chyco Siméon avec son dernier titre. Et c’est vrai que par les temps que nous vivons en ce moment, quand on tombe sur un appel à l’unité enrobé d’un jazz sauce afro… on prend sans se poser de questions !

Bon… si, on va s’en poser quelques-unes tout de même à commencer par savoir qui se cache derrière ce « Boul Bayi » ! Et pourquoi un bassiste antillais sort une chanson chantée en wolof ?! La réponse est en fait simple ! C’est qu’on retrouve derrière ce morceau qui fusionne l’afropop et le jazz, trois hommes, le bassiste martiniquais Chyco Siméon, le batteur guadeloupéen Arnaud Dolmen, et le chanteur sénégalais Abdou Guité Seck. Et la confluence de leurs trois univers ça donne ce morceau à la fois jazz et pop, qui peut évoquer le mbalax, tout autant que le mbalax. On peut même dire que le côté… rebondissant de la chanson peut même d’une certaine manière évoquer les musiques de pays un peu plus austral, comme, par exemple, le marabi jazz ou le mbaqanga venu d’Afrique du Sud.

Ce « Boul Bayi » vient de sortir sur le label de Chyco Siméon, Alcus Records, à leur où l’on écrit ses lignes on ne sait pas encore s’il sera inclus sur un futur album commun des trois musiciens… mais, comme on dit, sait-on jamais… affaire à suivre !

Chyco Siméon x Arnaud Dolmen x Abdou Guité Seck – « Boul Bayi » :

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Boul Bayi » le dernier titre des musiciens antillais et sénégalais Chyco Siméon, Arnaud Dolmen, Abdou Guité Seck, n’hésitez pas à visiter notre page Facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.