Sadykov & Abdurusul nous dévoilent les secrets des Ouïghours Kyrgyzs

Si nous parlons souvent des Ouïghours et du triste sort qui leur est réservé en Chine, il est aussi vrai que nous en savons peu sur leur culture, sur qui est ce peuple d’Asie Centrale, agitateur et parfois allié des Tang dans le grand ouest chinois, khaganat éphémère, bousculé par les kyrgyzs, manichéen islamisé, maître du Xinjiang… Leur rôle dans l’histoire de l’Asie Centrale est important, à la fois par les alliances passées par les différents royaumes ouïghours au cours de l’histoire, que par leur présence ancienne sur ce territoire qui chevauche la Chine, le Kazakhstan, et le Kirghizistan. C’est d’ailleurs à ce dernier pays que nous allons nous intéresser ici, et à sa communauté ouïghoure, grâce à un disque passionnant qui vient de paraître sur le label russe Antonovka Records, Secret of the world. Archival recordings of Uyghur music from Kyrgyzstan de Erkin Sadykov & Abdugheni Abdurusul.

En fait, pour être précis, il s’agit d’enregistrements réalisés au début des années 2000 et publiés et distribués sur cassette audio par les artistes eux-mêmes, et remastérisés par Alexander Yuminov de Kama Records. Ce détail technique étant maintenant clarifié, concentrons-nous sur la musique et sur les artistes.

La musique ouïghoure… on serait presque tenté de la qualifier d’infinie tant s’entrecroisent les inspirations, les mélodies, et le rythme en son sein. On peut y retrouver bien sûr, la structure des maqams orientaux, ou muqams, mais aussi des influences anciennes des musiques turques ou mongoles, l’empreinte puissante de la musicalité et de la poésie chinoise, la complexité des systèmes modaux iraniens, les dastgâhs, et un nombre incalculable de variantes régionales en fonction de l’origine des musiciens !

Parlons en des musiciens, Erkin Sadykov éclaire ce disque de sa voix précise et puissante, qui accompagne les notes de sa dötar, un genre de luth d’Asie Centrale, dont le long manche et les deux cordes (d’ailleurs dötar veut dire deux cordes) ont su s’imposer dans la musique savante ouïghoure, d’aucuns ramènent son origine au tambur de Khorassan évoqué par al-Farabi dans un recueil sur la musique du 10ème siècle. Erkin est à droite sur la photo qui illustre l’album. Tandis que son acolyte Abdugheni Abdurusul, à gauche sur la photo donc, lui déploie toute la richesse bourdonnante du jeu de son luth, le tambur.

Secret of the world. Archival recordings of Uyghur music from Kyrgyzstan de Erkin Sadykov & Abdugheni Abdurusul, nous offre donc un petit, un tout petit aperçu, mais oh combien passionnant, de ce qu’est la culture musicale ouïghoure… en tout cas au Kyrgyzistan !

Erkin Sadykov & Abdugheni Abdurusul – Secret of the world. Archival recordings of Uyghur music from Kyrgyzstan :

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Secret of the world. Archival recordings of Uyghur music from Kyrgyzstan » le dernier disque de Erkin Sadykov & Abdugheni Abdurusul, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

1 réflexion au sujet de « Sadykov & Abdurusul nous dévoilent les secrets des Ouïghours Kyrgyzs »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.