Kaléidoscopique et électrique, Moonchild Sanelly dévoile “Bashiri”

La voilà de retour ! Si vous n’avez pas suivi toutes ces pérégrinations de confinement largement documenté par elle même sur ses réseaux sociaux, à savoir des pétages de câbles, de la nudité, sans liens d’ailleurs entre le pétage de câble et la nudité, la fille n’a pas besoin de ça pour montrer son corps, lancement de fringues à son effigie, achat compulsif de sextoy en tout genre… donc, si vous n’avez pas suivi tout ça, vous avez peut-être pu vous demander où était passé la reine décalée d’Afrique du Sud, Moonchild Sanelly… Rassurez-vous elle va bien ! Sa couronne capillaire bleutée trône toujours fièrement sur sa tête, et elle vient de signer sur un nouveau label qui lui va bien, Transgressive, et pour fêter l’occasion elle vient de sortir un nouveau titre : « Bashiri » !

Petite pépite d’électronique mêlant gqom et psychédélisme délirant, sur « Bashiri » la diva bleue (non pas celle du 5e élément, celle dont on parle là, Moonchild) étrille les abus de la religion et les faux prophètes ; bashiri c’est le prophète. Au travers d’une musique qui fuse dans tous les sens et d’un clip kaléidoscopique, Moonchild Sanelly nous raconte l’histoire d’une femme trompée par son mari, qui décide de l’amener voir son pasteur pour le soigner de son infidélité… Oui, déjà elle se moque de la crédulité des croyants qui pensent pouvoir tout soigner avec des prières et quelques saints onguents. Mais surtout, il faut s’arrêter ici sur le pasteur… car on est loin de l’image du petit bonhomme austère qui habite la littérature britannique, oh là non ! Ce bashiri là, il est comme tous ces escrocs évangélistes, Nigérians ou autres, qui débarquent auprès de leurs ouailles en hélicoptère, qui portent des costumes blancs immaculés, et puis qui surtout, vendant miracle, paradis et autres remèdes, pompent l’argent de leurs fidèles comme le moustique le sang de sa victime, ou plutôt comme une grosse pompe à merde, qui plonge dans votre fosse septique !

Mais assez parlé selles, ici Moonchild Sanelly transforme tout ça en un titre pétillant, plein de rebonds électroniques qui promettent encore beaucoup de bonnes choses, et belles choses, à l’excentrique chanteuse sud-africaine !

Moonchild Sanelly – “Bashiri” :

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Bahiri » le dernier clip de l’artiste sud-africaine Moonchild Sanelly, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.