L’instant Vinyl : 87. Assa Cica et L’Orchestre Poly-Rythmo De Cotonou

Bienvenue dans ce nouvel épisode de notre série « L’instant vinyl », cette rubrique dédiée aux pépites du passé, où nous dépoussiérons et partageons avec vous des disques qui ont marqué l’histoire de la musique. Et pour ce quatre-vingt septième opus, nous quittons la Côte d’Ivoire (cf. l’instant vinyle n° 86), pour nous rendre au Bénin, et y découvrir le disque éponyme de Assa Cica et L’Orchestre Poly-Rythmo De Cotonou .

Avis très important

La direction des ECHOS SONORES DU BENIN a le vif plaisir d’informer son aimable clientèle qu’elle a de nouveau ouvert ses portes après un bref séjour en Europe. Par la même occasion elle présente à ses fidèles auditeurs le Volume I de sa jeune et talentueuse vedette à la voix du rossignol, “Assa Cica”, l’homme sentimental qui très tôt, confronté aux multitudes problèmes de la nature, chante beaucoup l’amour et la vie. Écoutez et appréciez cette jeune vedette dans ses chansons.

Le Directeur
Grataissy

Voici, fidèlement recopié du dos de la pochette de notre instant vinyl du jour, la notice qui introduit ce premier volume des aventures sonore du jeune Assa Cica. Et si l’on peut s’amuser du langage fleuri, et peut-être quelque peu pompeux de celle-ci, elle a le mérite de présenter plutôt justement ce premier volume éponyme de Assa-Cica et L’Orchestre Poly-Rythmo De Cotonou, paru chez les Échos Sonores du Bénin, très probablement entre 1976 et 1978.

Mais qui est Assa Cica ?! De son vrai nom Agadja K. Michel, ce fut un artiste brillant qui, malgré un départ dans la vie des plus difficiles — son enfance fut marquée par les morts successives de son père, de son frère, puis de sa mère, le laissant orphelin — a su illuminer le cœur des Béninois, durant ses années d’activités entre les années 70 et 80. Sa voix haut perchée lui a valu d’être surnommé le rossignol, ou encore d’être souvent comparé à l’un des plus illustres musiciens béninois, Sagbohan Danialou. Son œuvre, toujours empreinte de poésie, parfois sombre, mais souvent romantique, lui a, elle, valu les surnoms de « philosophe », ou de « L’homme qui chante l’amour ».

Comme en témoigne ce disque éponyme, il a fait ses premières armes au sein du mythique Orchestre Poly-Rythmo de Cotonou. Sur ce disque vous retrouverez donc un mélange entre la chaleur organique du Poly-Rythmo, les envolées plus poétiques du philosophe, entre les voix de Assa Cica et de Lohento Eskill qui se partagent le lead, et, enfin, entre deux époques, celles des cuivres, et celles des synthés, qui se superposent ici avec adresse.

Pour finir sur une note plus triste, et qui est malheureusement, trop souvent récurrente dans notre rubrique l’Instant Vinyl, il semblerait qu’aux dernières nouvelles, Assa Cica, bien que toujours en vie, peinerait à joindre les deux bouts, et aurait été aperçu en train d’errer dans les rues de Cotonou en tentant de vendre ses disques à la sauvette…

Assa Cica et L’Orchestre Poly-Rythmo De Cotonou – Assa Cica et L’Orchestre Poly-Rythmo De Cotonou :

Tracklist :
1. J’ai raison d’etre amoureux
2. Agamagnon Nu Hede
3. Yokpo Wa Non Kpo Hami
4. Ananu Dokon Nu
5. Fofo n’do Gbesiso
6. Gnonnu Tome Lin

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur “Assa Cica et L’Orchestre Poly-Rythmo De Cotonou” de Assa Cica Et L’Orchestre Poly-Rythmo De Cotonou, notre instant vinyle de la semaine, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

1 réflexion au sujet de “L’instant Vinyl : 87. Assa Cica et L’Orchestre Poly-Rythmo De Cotonou”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.