Glsah Sanaanea with Shiran, le retour au son yéménite

Quand on observe un peu la nouvelle scène musicale israélienne on se rend compte que… oui, avant d’aller au bout de ce « que », il faut éclaircir un peu cette nouvelle scène israélienne qui aime les fausses guitares espagnoles et les beats house, les voix coulantes rnb et les fantômes mielleux de violons chaabi, et les beats house un peu cheap… oui il y a beaucoup de house là-dedans ! Donc, on disait ? Ah oui ? Que… qu’on se rend compte que cette nouvelle scène est palpitante, et n’hésite pas à aller chercher du côté de sa diversité, notamment avec la communauté juive yéménite qui se réapproprie les chansons de leurs parents, et même de leurs grands-parents, ou à passer de l’hébreu à l’arabe, comme ça en un clin d’œil. Et c’est dans ce registre que s’inscrit le disque qui nous occupe aujourd’hui, Glsah Sanaanea with Shiran, de… Shiran bah oui évidemment c’est dans le titre !

Sur ce disque qui arrive très vite, en juin, chez Batov Records, on découvre une Shiran qui s’est recentrée sur son héritage, et l’aborde sans les artifices et les effets de son précédent album ; non pas que celui-ci était mauvais, au contraire, mais c’est juste qu’il n’hésitait pas à partir chercher du côté de l’Europe, ou disons de l’Occident quelques inspirations. C’est donc une réunion dans la plus pure tradition Sanaanéenne (oui, de Sanaa, la capitale du Yémen, enfin encore pour le moment), que Shiran convoque sur ce nouvel album ; et qui dit pure tradition dit chanson de mariage, évidemment ! D’ailleurs l’un des titres phares de l’album « Ya Banat Al Yemen », les filles du Yémen, résume bien le disque. C’est une chanson que l’on entend dans les mariages yéménites, qui figurait dans le premier album de Shiran, S H I R A N, en version live rehaussée d’une instrumentation funky et de synthés dabke, et qui ici, revient au son yéménite plus originel !

Outre le label Batov, sur ce disque la chanteuse israélo-yéménite reçoit le soutien d’un autre grand nom de cette musique qui fait le grand écart entre deux pays, entre deux histoires, un certain Eyal El Wahab, que peut-être vous connaissez mieux sous le nom de El Khat !

En tout cas tous les éléments pour faire un très bon disque sont réunis ici, ne nous reste plus qu’à attendre sa sortie officielle, prévue pour le 19 juin !

Shiran – Glsah Sanaanea with Shiran :

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Glsah Sanaanea with Shiran » le dernier album de l’artiste israélo-yéménite Shiran, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.