From London To Lagos, Eparapo dénude la corruption au son de l’afrobeat

Un striptease ? Oui en quelque sorte ! Mais pas du genre que vous croyez, ici, pas d’ambiances rosies par les spots, pas de nippies et de lingeries érotiques, pas de mauvais parfums de supermarché pour cacher l’odeur du stupre… Surtout qu’ici cette dernière monte dans les narines, en même temps que notre dégout pour la classe politique ! Oui, le seul effeuillage que va pratiquer ici le groupe Eparapo, c’est celui froid et chirurgical des mécanismes qui conduisent à la ruine de nos sociétés et à la corruption massive et organisée, que ce soit à Londres ou à Lagos, d’où le titre de la chanson qui nous intéresse aujourd’hui, « From London To Lagos » ! Et, à vrai dire, vous pouvez remplacer ces noms de villes par presque n’importe quelle capitale africaine, et n’importe quelle capitale européenne.

Mais avant de plonger dans les noirs arcanes de la corruption mondialisée, il s’agirait de dire un mot sur Eparapo, et d’expliquer pourquoi leur afrobeat est si pertinent, et incisif ! Derrière ce groupe, à la manœuvre se cache le bassiste Suman Joshi, qui officie habituellement dans l’Afrobeat Orchestra de Dele Sosimi, d’ailleurs ce dernier s’invite également dans ce nouveau titre, qui a su profiter de son confinement britannique pour agréger autour de lui des musiciens de talents, des membres des groupes les plus en vue du moment, que ce soit les Sons of Kemet, Keleketla, ou bien sur l’Afrobeat Orchestra.

Sur ce nouveau titre, « From London To Lagos », Suman Joshi et ses camarades d’Eparapo partent de deux expressions dont on affuble, et souvent à raison, le Nigeria, ainsi que la plupart des pays africains : « république bananière » et « corruption endémique ». Et s’interrogent pour savoir si cette corruption plutôt qu’endémique ne serait elle pas plutôt pandémique, le mot en plus est à la mode en ce moment ! D’où vient cette corruption ? À qui profite-t-elle ? Comment s’est-elle installée dans les palais des présidents africains ? Et ils en arrivent à une conclusion qui scandent dès les premiers mots de la chanson… non… pas One Two Three Four, mais plutôt, From London To Lagos it’s the same same trouble !

Eparapo – « From London To Lagos » :

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « From London To Lagos » le dernier titre du groupe Eparapo, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.