Faraon Bantu et ChampetaMan ouvrent la boite à champeta

Êtes-vous prêts à le sentir, le pouls bouillonnant de la Colombie, cette pulsation presque violente qui secoue la carotide de la Carthagène des Indes, ce battement afro-colombien qui retombe toujours sur le beat, ce flux vital et musical qui relie la Colombie et l’Afrique… ce son, celui de la champeta ?! Si, à l’origine, il s’agissait de l’œuvre de diggers colombiens qui partait en Afrique, ou en Europe, et qui ramenait au pays des disques de soukous congolais, de musique ouest-africaine (en ayant parfois peu d’égard pour les droits d’auteurs, en même temps qui avait des égards pour les droits d’auteurs africains à l’époque, demandez à Manu Dibango et tous les autres !), le genre, la champeta, a trouvé dans les communautés afro-colombiennes de Carthagène une résonance considérable et toujours d’actualités ! Depuis les premiers échanges des années 70, le son de l’Afrique et de la champeta a investi les soundsystems tropicaux de Colombie, et inspiré bon nombre de musiciens de part et d’autre de l’Atlantique !

Et parmi les piliers de la scène champeta actuelle, on trouve le label Palenque Records qui tient les murs du son afrocolombien depuis plus de 20 ans maintenant. Et, quelle chance on a, le patron du label Lucas Silva, a.k.a ChampetaMan, vient de mettre en branle son soundsystem le Faraon Bantu, et convoquent ensemble quelques un de leurs bons amis, notamment Pernett et DJ Rata Piano, et nous ouvre leur boîte à champeta sur un nouvel album qui se propulse dans le futur, comme dans le passé : Futuro Ancestral !

Dès les premières notes, on est cueillis par un « Secret Agent » éthéré, qui conduit dans un dernier hommage le regretté Tony Allen vers sa dernière demeure ; d’ailleurs, le livret du disque s’ouvre par ses quelques mots qu’on vous laissera traduire (ce n’est pas si compliqué) : Este disco es un homenaje a Tony Allen, el papa del Beat.

Puis les nouvelles chansons, comme les revisites de classiques, s’enchaînent, des Congolais s’invitent dans la danse, Bopol Mansiamina et Dally Kimoko pour ne pas les citer, et le son de la champeta se répands dans une explosion de danses ancestrales et de festivités futuristes, Futuro Ancestral !

Faraon Bantu y ChampetaMan – Futuro Ancestral ! :

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Futuro Ancestral ! » le dernier album des colombiens Faraon Bantu y ChampetaMan, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.