Tudo Irmon, la tendre coladeira du cap-verdien Plácido Vaz

C’est depuis le Portugal que le jeune chanteur cap-verdien Plácido Vaz regarde son île natale de Santiago, mais contrairement à la génération qui le précède qui eux avaient le regard embué par la nostalgie et la mélancolie de leurs exils forcés, lui, a choisi de partir, pour poursuivre ses études, alors dans sa musique on le sent plus apaisé, plus tendre. Sa dernière parution c’est justement un tendre coladeira intitulé « Tudo Irmon », qui résonne comme un appel, non, plutôt, comme une danse, une grande danse qui prône la liberté, l’unité et la fraternité, entre les peuples, ceux d’ici, et ceux de là bas.

Une tache de réunion qui est au cœur du travail de Plácido Vaz, car outre les singles qu’il essaime derrière lui en attendant de les réunir sur un premier album qui devrait voir le jour dans un futur relativement proche, il travaille aussi à établir des passerelles entre le Cap-Vert et un autre géant de la lusophonie le Brésil, notamment grâce au projet Kaialas qu’il partage avec le journaliste et compositeur brésilien Álvaro Tallarico. Mais les notes qui résonne ici, sont elles, à n’en pas douter cap-verdienne, elles saisissent les hanches et vous emmènent danser comme si de rien était, c’est ça la magie de la coladeira, la magie de « Tudo Irmon » de Plácido Vaz !

Plácido Vaz – “Tudo Irmon” :

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Tudo Irmon » le nouveau titre du jeune chanteur cap-verdien Plácido Vaz, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.