Sur Bala Dima, Zar Electrik invoque l’esprit serpent d’un gnawa électronique

Le duo franco-marocain Zar Electrik, composé par Anass Zine et Arthur Péneau, déploie un gros gnawa qui tache sur « Bala Dima »… oui dis comme ça l’image peut surprendre, mais, pourtant, ici, elle n’appelle pas à l’analogie bien franchouillarde d’un litron de rouge qui bave sur une nappe blanche, ou à y voir un musicien de gnawa en surpoids rentrer en transe, non ! Ce gnawa qui tache c’est plutôt, une musique qui va puiser sa source dans les transes marocaines anciennes du gnawa, mais qui s’épand ensuite de chaque côté du désert, qui par capillarité s’aventure jusqu’aux frontières de l’empire mandingue et y emprunte une kora, qui s’évade jusqu’en Europe pour chopper la cadence d’un beat électronique, et des des mots de français qui viennent se mêler à la diction séculaire des incantations gnaouies.

Oui avec Zar Electrik on s’affronte à une fusion gnawa efficace, qui vient serpenter des rivages d’Essaouira à ceux de Marseille, où le duo est installé. Mais, avec ses échos électroniques à consonance house mêlés à l’entêtant tournoiement du gnawa, qui d’ailleurs peuvent rappeler certains titres issus des aventures marocaines du producteur centrafricain Boddhi Satva, le duo Zar Electrik fait bien plus que sortir un bon premier titre, non, il invoque le « Bala Dima », l’esprit serpent qui va faire tomber une grande nuit, une grande lila, mystique et festive sur Marseille… enfin, on espère que ce sera le cas quand le duo sortira son premier album !

 Zar Electrik – “Bala Dima” :

 Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Bala Dima » le dernier titre du duo franco-marocain Zar Electrik, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.