Two Niles to Sing a Melody: Les Violons et Synthétiseurs du Soudan

Lorsque Vik Sohonie d’Ostinato Records vous envoie un mail pour vous avertir et vous faire écouter sa prochaine parution… eh bien, vous ne pouvez que vous réjouir, car il y a de fortes chances qu’il s’agisse, une fois encore, d’une compilation de mélodies et de grooves d’antan, en provenance direct d’Afrique de l’Est !

Et comme avec les quatre précédentes parutions du label, dont l’acclamé, et nominé au Grammy Awards, Sweet As Broken Dates, ce cinquième opus intitulé Two Niles to Sing a Melody : The Violins & Synths of Sudan ne fait pas exception à la règle et nous propose un véritable voyage musical dans le temps. En remontant les deux Nils, Ostinato Records nous propose une sélection de musique soudanaise des années 70 aux années 90. 16 titres pour tacher de donner un aperçu de l’incroyable richesse et diversité de la musique soudanaise. Ainsi on passe des classiques formations avec violons et accordéons, s’inspirant des maqams orientaux, et dont l’aura à rayonné sur tout le monde arabophone, autant que sur l’Afrique sahélienne, aux synthétiseurs et aux grooves des années 80, avant de prêter une oreille à la poésie de l’exil, celle des années 90, et aux tum-tum nubien.

Si vous n’êtes pas au fait de l’histoire politique du Soudan, sachez qu’après avoir été, malgré les soubresauts politiques, les coups d’état, et autres rébellion, un haut lieu de la musique, de l’art, et de la poésie en Afrique, pendant près de trois décennies, l’avènement de Omar el-Béchir, venu au pouvoir après un énième coup d’État, a mis un sérieux coup d’arrêt au développement culturel du pays, instaurant une dictature vicieuse, à la fois militaire et religieuse.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Aujourd’hui, alors que Omar el-Bechir a isolé plus que jamais son pays, un pays au bord de la ruine et de la révolte, la culture au Soudan tente de survivre tant bien que mal, malgré l’oppression, et le cruel manque de moyen. Trouvant des oasis préservées dans ce désert religieux, comme chez nos amis de l’Isis Café à Khartoum, et ceux du Sudan Independant Film Festival, mais aussi dans les compilations d’Ostinato Records, qui archivent, remasterisent et garantissent la perennité d’au moins une partie d’un patrimoine sonore déjà éparpillé au quatre coins du monde, et menacé de disparition.

Ainsi sur Two Niles to Sing a Melody : The Violins & Synths of Sudan vous retrouverez des chansons des grands noms, et d’autres plus confidentiels, de la musique soudanaise, arabophone et nubienne, comme Emad Youssef, Kamal Tarbas et son turban, Zaidan Ibrahim, Saied Khalifa, Samira Dunia, ou encore le célèbre Mohammed Wardi.

Découvrez ci-dessous quelques extraits de cette compilation dont la sortie est attendue le 14 septembre, en version numérique, mais aussi en version physique avec un double et triple coffret de luxe, avec un livret fourni. Pour précommander, rendez-vous sur la page bandcamp de Ostinato Records.

 

Two Niles to Sing a Melody: The Violins & Synths of Sudan :

 

Two Niles to Sing a Melody: The Violins & Synths of Sudan – Trailer Video :

 

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Two Niles to Sing a Melody: The Violins & Synths of Sudan » la prochaine compilation de Ostinato Records, n’hésitez pas à visiter notre page Facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime » !

 

1 réflexion au sujet de “Two Niles to Sing a Melody: Les Violons et Synthétiseurs du Soudan

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.