Sur Guruji, Kutiman réalise ses rêves d’Inde

Kutiman, ou Ophir Kutiel de son vrai nom, voici un artiste, producteur et DJ israélien que l’on apprécie tout particulièrement chez djolo.net, et pas seulement puisqu’il a l’œil de ses machines qui regarde et va fureter du côté de l’Afrique, que ce soit vers l’Éthiopie millénaire, vers l’Afrique du Nord avec qui Israël, par le biais des diasporas, partage un patrimoine commun, ou même dernièrement, avec son génial album Wachaga, en nous initiant aux rythmes et aux traditions des chaggas de Tanzanie ! Non, pas seulement pour ça, d’ailleurs, sa dernière parution, l’envoutant petit deux titres appellé Guruji, prend même une direction opposée à celle de l’Afrique qui nous est chère (quoi que cela puisse encore ce débattre… mais on y reviendra), pour aller en Inde !

Aller en Inde et réaliser un rêve d’enfant, voilà ce qui se cache sous la surface vibrante et synthétique de ce Guruji ! En fait Kutiman, ou plutôt le jeune Ophir, nourri depuis l’adolescence, depuis qu’on lui a offert un disque de musique classique indienne, le rêve d’un jour maitriser les fameuses et bavardes percussions indiennes en terre cuite, les tablas ! Et c’est maintenant chose faite, comme vous pouvez vous en rendre compte avec ce nouvel opus, qui en plus de tout l’attirail musical habituel de Kutiman, les synthés qui traversent le Moyen-Orient, les cadences qui taquinent l’afrobeat, les nuages de reverb qui sentent la dub à plein nez, est habité par les résonnances aquatiques des tablas ! Pour ce faire, Kutiman est parti s’enfermer à Kolkata, pendant deux mois, et a pratiqué les tablas pendant 12 heures par jours, sous la direction du Pandit (maitre) Tanmoy Bose.

Mais ce disque à la fois dansant et hypnotique n’a pas été enregistré en Inde, non, Kutiman s’est enfermé dans un bunker dans le Negev pour produire et finaliser cet opus qui, disons-le, est très cool !

Kutiman – Guruji :

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Guruji » le dernier projet de l’artiste israélien Kutiman, n’hésitez pas à visiter notre page Facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.