L’instant vinyle : 9. “Dédé Priscilla” de Lea Lignanzi

Bienvenue dans ce nouvel épisode de notre série « L’instant vinyle », cette rubrique dédiée aux pépites du passé, où nous dépoussiérons et partageons avec vous des disques de notre collection. Et pour ce huitième opus, nous quittons la douceur de l’archipel capverdien (cf. l’instant vinyle n° 8), pour nous enfoncer dans les forêts de la Centrafrique, avec l’album Dédé Priscilla, de Lea Lignanzi.

Alors tout d’abord il ne s’agit pas d’une faute frappe, malgré le prénom qui pourrait laisser penser à une femme, Lea Lignanzi est un chanteur ; et même un chanteur centrafricain très célèbre. Si son histoire musicale a commencé à Bangui, en 1976, avec le groupe Makémbé, il prend très vite les routes du continent, qui le mèneront au Nigeria, puis à Abidjan – la métropole ivoirienne agit, à cette époque, comme un irrésistible aimant culturel, faisant venir à elle tous ce que l’Afrique compte de musiciens et d’artistes.

C’est d’ailleurs à Abidjan, qu’il s’engage, en 1980, dans l’Africa All Stars, l’orchestre fondé par le célèbre chanteur congolais Sam Mangwana ; il tournera avec eux sur les scènes d’Afrique de l’Ouest, et d’Afrique Centrale, mais aussi en Europe – Cameroun, France, Belgique, Gabon, Congo, Angola… une très grande tournée qui prendra fin avec la dissolution du groupe un an plus tard en 1981.

Et on arrive maintenant au moment qui nous intéresse, le début de la carrière solo de Léa Lignanzi, et la sortie de son premier LP, un certain Dédé Priscilla, du nom de la principale piste de ce disque. L’album, qui sort en 1982, rencontre presque tout de suite un grand succès, qui ne tardera pas à s’affranchir des frontières et des langues. Effectivement le soukouss à la saveur centrafricaine de Lignanzi saura séduire le populaire chanteur dominicain Juan Luis Guerra, qui fera une interprétation merengue et en espagnol du titre « Dédé Priscilla ».

 

Lea Lignanzi – Dédé Priscilla :

 

Et pour donner un petit côté Cover du Mardi à tout ça, voici la version de Juan Luis Guerra, intitulé « A Pedir Su Mano » :

 

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Dédé Priscilla » de Lea Lignanzi, notre instant vinyle de la semaine, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

1 réflexion au sujet de “L’instant vinyle : 9. “Dédé Priscilla” de Lea Lignanzi”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.