L’Afrique à l’honneur dans The Blackest Joy, le dernier album de Akua Naru

Quel personnage complexe que cette Akua Naru ! C’est une rappeuse et poète américaine, aujourd’hui installée en Allemagne, qui, avec un flow habile et singulier, n’hésite pas à plonger plume la première pour les causes qui lui tiennent à cœur, que ce soit le féminisme, le combat pour l’émancipation de la communauté noir Américaine, ou pour chanter son attachement à ses racines africaines. Et c’est bien cette dernière facette que nous comptons mettre en avant ici !

Souvent, on a vu cette artiste versatile s’afficher au côté de musiciens du continent noir, ou même venir y délivrer des concerts, ou encore des workshops, et pour la réalisation de son troisième album studio, The Blackest Joy, qui vient de sortir, une fois encore l’Afrique n’est pas en reste. À vrai dire elle s’affiche dès la pochette, qui a été réalisée par l’artiste canado-nigériane Oluseye ! Puis vient la musique…

Quelle joie de redécouvrir, ou peut-être découvrir, ces jolies compositions où viennent s’entremêler le jazz, les sonorités africaines, et le hip-hop, ouvrant la voie à Akua Naru et à son flow grave et pertinent, parfois ponctué d’une petite pointe de langue vernaculaire, comme sur le très beau « My Mother’s Daughter », ode aux femmes africaines et premier extrait visuel du disque, où l’introduction et les enrobages chantés en mina viennent s’échouer sur le tressaillement d’un beat hip-hop avant de venir être cueilli par une trompette jazz.

Tourné et réalisé au Togo par Joachim Zunke, et produit par le rappeur togolais Elom20ce et Jahëna Louisin, le joli visuel de « My Mother’s Daughter » et le premier d’une série de clips autour de l’album, il a d’ailleurs déjà été suivi par celui de « Made It », un efficace titre qui célèbre la force de l’esprit humain, en featuring avec la star du RnB, Eric Benét.

Et de featuring, il en est question sur cet album, The Blackest Joy, puisque vous y retrouverez également le titre « Sweat » en collaboration avec la chanteuse ougandaise Sandra Suubi, et la légende de l’ethio jazz Mulatu Astatke qui s’invite sur « The Offering ».

Enfin, vous l’aurez compris, Akua Naru signe une fois de plus un excellent album, que vous pouvez vous procurer ici !!

 

Akua Naru – “My Mother’s Daughter” :

 

Akua Naru ft. Eric Benét – “Made It” :

 

Akua Naru – The Blackest Joy :

 

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « The Blackest Joy » le dernier album de AKua Naru, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

 

1 réflexion au sujet de “L’Afrique à l’honneur dans The Blackest Joy, le dernier album de Akua Naru

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.