La Cover : Olayinka, forte comme Nina Simone

Qu’elle soit fidèle, de qualité, décalée, amusante, tordue, surpassant l’original, professionnelle ou amatrice, on s’intéresse, tous les mardis, aux reprises dans toutes ses formes ; et, aujourd’hui, on s’intéresse à un classique de Nina Simone repris par une chanteuse nigériane, Olayinka.

Si Nina Simone a séduit, choqué, sublimé, hypnotisé… (et la liste est encor longue), à son époque, elle continu aujourd’hui encore à inspirer bon nombre d’artistes de par le monde ; je vous invite d’ailleurs a consulter nos articles sur les hommages que lui ont rendus des groupes comme Chimurenga Renaissance, ou encore la chanteuse israélienne/Éthiopienne Ester Rada.

La version qui nous occupe aujourd’hui est une reprise d’un de ses plus grands succès, si ce n’est le plus grand, « Don’t Let Me Be Misunderstood », interprété par une jeune et prometteuse chanteuse de soul nigériane, Olayinka. Une chanteuse de soul, certes, mais ne vous attendez pas à une énième photocopie de chanteuse singeant ce que la motown faisait dans les années 70, Olayinka amène ce « Don’t Let Me Be Misunderstood » dans un paysage musical moderne et raffiné ; le beat y est minimaliste, la basse sèche et un brin synthétique, tandis que le décor se voit sobrement ponctué de temps à autre d’un sax, ou de quelques cordes, laissant toute la place à la puissante voix de la chanteuse.

Une version donc moderne, mais un message qui reste politique, car si en arrière-plan de la version originale de Nina Simone se dessinait le mouvement afro-américain des droits civiques, la version de Olayinka est une ode à la femme africaine, forte et libérée !!

Olayinka – “Don’t Let Me Be Misunderstood” :

 

Nina Simone – “Don’t Let Me Be Misunderstood” :

 

Si vous avez apprécié cette Cover du Mardi sur la version de « Don’t Let Me Be Misunderstood » de Olayinka, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

 

Laisser un commentaire