House of Zef et Lambo way of life sur le dernier Die Antwoord

Ça y est on y est ! Après avoir longtemps tergiversé sur le nom, la date de sortie, la forme, le nombre de titres… Die Antwoord dévoile enfin l’intérieur plutôt dérangeant et plus xhosa que cosy de son dernier album, House of Zef !

Et dans cette grande maison du zef et du raprave sud-africain, on y entre comme dans un manoir de film d’horreur, dans cette ambiance creepy dont Die Antwoord aime la distillation, dans ces ténèbres dans lesquels Die Antwoord aime évoluer ! Et puis, au fur et à mesure que les noirs synthés se décantent, on se fait cueillir par la puissance des beats qui frayent autant avec la techno que le très en vogue gqom et la virulence des propos, on se fait attraper par le remous des basses, et le cliquetis des bouches et de l’électronique, et puis… et puis… on se fait b***** par l’évanescence vocale Yolandi, et l’insolence de Ninja !

Après avoir déambulé quelque temps dans le grand vestibule de cette House of Zef, on aperçoit la lambo rutilante garée dans le garage, les dieux rendus fous qui dansent dans le salon, et les chambres dans lesquelles on ne dort pas, les salles d’eau plus faites pour le bang que le gang. Mais surtout on se rend également compte qu’elle est aussi une pu*** de house of guests et donc que le pari de Die Antwoord de mettre en avant la nouvelle scène sud-africaine (et même nouvelle scène, tout court) est tenu ! Ainsi, on voit fleurir aux angles de la tracklist de ce disque des noms comme JouMaSePoes et Gqwa!, comme celui de la très américaine Panther Modern, ou d’une Moonchild Sanelly qui nous montre une fois de plus que derrière la touffe bleue et l’énorme postérieur qu’elle aime à exhiber et à trémousser sur les réseaux se cache un flow des plus agréables, ceux aussi du photographe Roger Ballen, de Skelm, du souriant Smiley, ou encore de Bobojan.

Au final de cette visite immobilière et surtout musicale, on trouve un album fidèle à l’image et au son du groupe, qui s’équilibre entre boues obscures et moment de folies survoltées… et si l’on en croit les dires du groupe, c’est peut-être même leur dernier album, le point final d’une aventure weird et déjantée qui aura su conquérir le monde.

Die Antwoord – House of Zef :

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « House of Zef » le dernier album des sud-africains de Die Antwoord, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.