dotA de Naoito ou l’afrobeat façon sensei japonais

Aussi pertinent en matière de musique brésilienne que de musique japonaise qui va bien, le label 180g, à qui l’on doit notamment la dernière réédition du disque de Xenia França, continue de jeter son dévolu sur des œuvres sorti localement, et de leur offrir l’accès à une visibilité un peu plus grande. Et le dernier disque à être tombé dans le viseur musical de 180g c’est dotA de Naoito, une petite pépite d’afrobeat et de jazz façon sensei japonais !

Paru l’an dernier sur l’emblématique label tokyoïte Jazzy Sport, dotA est la première œuvre solo de Naoito depuis la séparation du groupe dont il était le leader, Kingdom Afrocks, et c’est surtout un très bon disque qui réussit à allier à merveille l’étourdissement frénétique de l’afrobeat, à des variations plus bleues, plus jazz… et même à nous faire oublier le remplacement de la voix grave d’un Fela Kuti par celle d’un plus ambivalent et, disons-le, clairement plus asiatique, chanteur, qui d’ailleurs n’hésite pas à plonger quelques lyrics en japonais dans ce très cuivré bain d’afrobeat !

Du premier titre, « Sonsbeek », qui s’inscrit dans la droite lignée d’un « Shakara », à la très jouissive montée en puissance de « Kaixo » en featuring avec Chop, en passant par le très long, et très blippant, « Interlude part 1 & 2 » qui clôture ce dotA, on peut dire que le titre ne manque pas d’intérêts et qu’il s’avère palpitant et passionnant de bout en bout. Et puis, il est toujours agréable de constater que ce rythme, impulsé par Fela dans les années 70, continue, des décennies plus tard, à l’autre bout du monde, ou presque (en fait le point le plus à l’opposée de Lagos ce serait plus près d’Atafu Village, sur le petit atoll polynésien de Tokelau !), d’inspirer des artistes, de se métisser, de vivre, et de s’incarner, notamment dans ce très bon dotA de Naoito !

Naoito – dotA :

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « dotA» le dernier album de l’artiste japonais Naoito, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.