Di’Ja explore ses racines haoussas avec le très bon “Wuta”

Connu aussi sous le nom de Aphrodija (probablement une référence à sa beauté olympienne), la chanteuse nigériane/sierra-léonaise Di’Ja, Hadiza Blell de son vrai nom — oui les Sierra-Léonais qui nous lise l’auront probablement reconnu comme la fille de l’homme politique John Blell — qui fait les belles heures du label Mavin Records depuis son retour au Nigeria, revient présenter un nouveau titre, « Wuta », sur lequel elle plonge dans ses origines nigérianes.

Précisons même, car cette chanson nous emmène dans les terres du nord du Nigeria, là où règnent les haoussas, cette ethnie mystérieuse qui a su conserver encore intacts beaucoup de pans de son identité et de sa culture. Ainsi sur ce « Wuta », la belle Nigériane nous enveloppe de l’aura mystique de ce peuple, et nous envoute au son lancinant de percussions métalliques, celles-là mêmes que l’on peut retrouver dans les chkachak de la musique des noirs tunisiens, le stambelli.

De plus, artiste visuelle oblige, Di’Ja a concocté avec le réalisateur phare de la scène afrobeat nigériane, Unlimited L.A, un clip très stylé, dans tous les sens du terme, qui met bien en exergue cette fusion entre afrobeat contemporain et culture séculaire des haoussas.

Di’Ja – “Wuta” :

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Wuta » le dernier titre de la chanteuse nigériane sierra-léonaise Di’Ja, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.