Dear Denizen, instantané de folk rock électronique congolais

Après Kae Sun, Ian Keteku, ou encore Pierre Kwenders, c’est à nouveau du Canada que nous vient cette nouvelle claque sonore qui vient brusquer nos lignes à grand coup de folk synthétique, de sombre vibes rock électronisantes et de vernis post-punk cinglant, le tout emmené par la très belle voix d’un musicien d’origine congolaise, Ngabonziza Kiroko ; cette claque s’appelle Dear Denizen !

Débarquant dans le froid canadien, après vingt et une années à macérer dans la chaleur d’un bain parfumée à la rumba made in RDC, Ngabonziza Kiroko s’est imprégné du tissu sonore nord-américain, avant de se lancer lui même dans la musique, d’une manière un peu singulière, ou en tout cas tranchante avec la mode des multi-instrumentistes des grands orchestres congolais du vingtième siècle, en privilégiant exclusivement la musique assistée par ordinateur. Depuis il s’est entouré d’amis, pour constituer en 2012 le groupe Dear Denizen.

Le second EP de Dear Denizen, Now Here, vient de sortir, et séduit par la qualité accordée à chacun de ses titres. De la guitare fusante de « Wanderlust », à la batterie enjouée de « Monster Tamer », en passant par le déjà classique « Every Dream Is A Good Dream », chacun des arrangements, chacun des instants de cet EP est particulièrement soignés et s’inscrit dans une cohérence rare.

 

Dear Denizen – Now Here :

 

Et si la voix de Ngabonziza Kiroko vous a, comme nous, séduit, et que vous avez apprécié les vagues de rumba électroniques du dernier empereur bantou, Pierre Kwenders, sachez que les deux musiciens et expatriés congolais collaborent ensemble sur le projet ABAKOS, dont le second EP devrait voir le jour en février.

 

ABAKOS – “Money To Burn” :

 

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Now Here » le dernier EP de Dear Denizen, n’hésitez pas à visiter notre page Facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

 

Laisser un commentaire