Baba Commandant, le punk noir du Burkina Faso

Je me souviens une fois avoir lu une critique reprochant l’ambiance “pirate” et la dangerosité d’un petit maquis à Bamako, dans un guide touristique (à bien y penser et vu l’impertinence du commentaire ça devait être le guide du routard) ; et bien l’écoute de cet album de Baba Commandant m’a rappelé l’ambiance “pirate” de ce bar, un petit endroit sombre, ou l’on peut boire une bière Castel mal déglacée, en écoutant le son d’une guitare distordue crachée par un vieil ampli grésillant.

C’est dans ce décor, avec son kamélé n’goni à la main (instrument à cordes, proche de la kora, typique du Mali et du Burkina Faso) et son look de punk dozo (confréries de chasseur anciennes) un peu barré, que le burkinabé Baba Commandant, vient livrer son nouvel album Juguya ; d’ailleurs à le voir, on pourrait penser qu’il s’agit d’un de ces éternels mauvais musiciens qui tenterait vaguement de se raccrocher à un semblant de patrimoine culturel…. grosse erreur !!

Baba Commandant fait exploser le patrimoine culturel de son pays, comme aucun musicien burkinabé avant lui, ou presque. Et si l’on retrouve les sonorités traditionnelles mandingues, l’artiste originaire de Bobo Dioulasso (ville à la frontière malienne), n’hésite pas à aller emprunter du côté de l’afrobeat (avec des sections cuivres remarquables, assurées par son groupe le Mandinguo Band), mais aussi du rock, du punk, du hip-hop, et même du dub.

L’image de punk du Baba Commandant, Mamadou Sanou de son vrai nom, n’est pas née aujourd’hui ; il faut dire qu’il n’est pas un de ces jeunes premiers pris au berceau sous l’aile d’une maison de disque international, son parcours artistique a débuté en 81 comme danseur, puis petit à petit, au rythme des cabarets et des balani, et au côté de grand nom de la musique ouest-africaine (notamment le burkinabé Victor Démé), Commandant Baba s’est forgé une solide réputation. Aujourd’hui, son album Juguya, paru sur l’excellent label Sublime Frequencies, lui apporte une visibilité, et une reconnaissance internationale.

Sur Juguya, vous retrouverez 8 titres, où se s’entremêlent avec harmonie, les notes cristallines des kora et ngoni, l’énergie brute des guitares saturées, la transe des rythmes de balafon, et bien sûr le chant âpre et puissant de Baba Commandant.

 

Baba Commandant – Juguya

 

Baba Commandant – “Djanfa” :

 

 

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur Baba Commandant, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire