Les identités fragmentées de Samito

Le producteur et chanteur mozambicain Samito, que l’on avait notamment découvert au côté d’un autre africain résidant à Montréal, le Congolais Pierre Kwenders, présente son premier clip vidéo, celui de la chanson « Tiku La Hina ».

Une chanson de 4 minutes dressée comme un monologue cherchant à relier les fragments de son identité multiple, celle de migrant, de mozambicain, d’artiste, de montréalais… qui derrière le sublime et intense enrobage électronique, derrière les tressaillements aériens des vocalises du chanteur, tend à induire une réflexion plus large sur l’homme du 21e siècle, et cette vie nouvelle qui souvent enjambe les continents et les cultures.

La vidéo, dirigée par le quatuor de mains de Benoit Jones Vallée et Samuel Olaechea, rend compte des soubresauts de cette identité fragmentée au travers des contorsions et des tensions du corps magnifique de la danseuse Emi Vauthey, sur lequel glisse notes et lumières, épousant les courbes de sa musculature, avant de finir l’ombre d’une articulation.

 

Samito – “Tiku La Hina” :

 

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Tiku la Hina » le dernier clip de Samito, n’hésitez pas à visiter notre page Facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

 

Laisser un commentaire