La Cover : Omar el Ouaer invite Yacine Boulares pour ses Standards

Qu’elle soit fidèle, de qualité, décalée, amusante, tordue, surpassant l’original, professionnelle ou amatrice, on s’intéresse, tous les mardis, aux reprises dans toutes ses formes ; et aujourd’hui, notre intérêt se porte sur l’interprétation de Omar el Ouaer et Yacine Boulares de « Nobody Else But Me ».

Dans une nouvelle série de vidéo intitulée Standards, le pianiste tunisien Omar el Ouaer sort de l’ambre de son dernier album pour revisiter les titres et rendre hommage aux artistes qui ont fait de lui le musicien qu’il est aujourd’hui, et ce toujours en compagnie d’invités de marque. D’ailleurs pour inaugurer la série, Omar el Ouaer nous offre, au côté de son ami et mentor Yacine Boulares, le saxophoniste tunisien qui délaisse le temps d’un été New York et son groupe Ajoyo, une interprétation de « Nobody Else But Me ». A l’origine, un classique du théâtre de Broadway signé par Jerome Kern peu de temps avant sa mort, et qui est devenu un classique du jazz interprété entre autres par Tonny Bennet, Sarah Vaughan, ou encore Stan Getz !

C’est d’ailleurs peut-être de la version de ce dernier que s’inspire le plus les deux musiciens tunisiens, et on dit bien s’inspire, pas imite, car la version très minimaliste, forcement, car en duo, et en même temps riche de souffle, de vibration, de cliquetis prend rapidement la tournure d’une amusante et vertigineuse danse à deux, une valse au bord du jazz (et dans les locaux de l’Institut Français de Tunis) de deux instruments amoureux qui nous disent : on a peut-être tort, mais si nous nous entendons bien qu’en avons-nous à faire ? What do we care?

Omar el Ouaer ft Yacine Boulares – Standards مع صديق :

Stan Getz – “Nobody Else But Me” :

Sarah Vaughan – “Nobody Else But Me” :

Si vous avez apprécié cette Cover du Mardi sur Omar el Ouaer et Yacine Boulares et leur interprétation de « Nobody Else But Me » de Jerome Kern, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.