I Seduce, la frénésie sensuelle et afrofuturiste de Nwando Ebizie

Curieuse personne que cette Nwando Ebizie, artiste pluridisciplinaire britannique d’origine nigériane, igbo même pour être précis, elle débarque à toute allure, on dirait presque sorti de nulle part (bon en vrai les observateurs attentifs auront noté qu’elle a par le passé déjà fait quelques vagues sous le nom de Lady Vendredi) avec un nouveau titre qui dégouline d’une énergie à la fois festive et érotique, « I Seduce », et l’annonce de la sortie de son premier album, courant 2022, chez Accidental Records, le label de Matthew Herbert ; oui, pas mal !

Mais revenons sur ce premier extrait, « I Seduce », qui en dit beaucoup sur Nwando Ebizie… c’est… comment dire… un grand tourbillon qui emporte tout dans une frénésie électronique, spirituelle, mystique, musicale, sensuelle, afrofuturiste, féministe… on est bousculé par la cadence de tambours cubains, empruntés au percussionniste Gerardo de Armas Sarria, on se fait happer par une cérémonie vaudou haïtienne, un instant furtif on a l’impression de croiser Missy Elliott, on va parader dans un mariage igbo, avant de descendre la rue principale de La Nouvelle-Orléans à la tête d’une parade métisse, créole, et un peu bounce aussi, puis de retomber dans l’underground d’un club londonien…

Beaucoup de choses dans ce titre guidé par l’œuvre Uses of the Erotic : The Erotic as Power de la poète militante Audre Lorde, et par la colère suscitée par les thèses nauséabondes et misogynes rencontrées sur la fachosph… euh, non la manosphère, pardonnez l’erreur, mais ces milieux se suivent et se ressemblent. En tout cas ce qui est sur c’est qu’on est séduit par ce fou « I Seduce », et qu’on attend dorénavant avec impatience la sortie de ce premier album de Nwando Ebizie !

Nwando Ebizie – “I Seduce” :

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « I Seduce » le dernier titre de l’artiste d’origine nigériane Nwando Ebizie, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.