C’était un 5 aout, spéciale Burkina Faso

Aujourd’hui, trois “5 aout” qui ont modelés l’histoire du Burkina Faso :

Premièrement, le 5 aout 1960, la république de Haute Volta, qui existait au sein de la communauté franco-africaine, devient officiellement indépendante, sous la direction de son premier président Maurice Yameogo, déjà en poste depuis deux ans. Deux années pendant lequel, cet ancien cadre de l’administration coloniale, a fait le “ménage” dans les milieux politiques de haute volta, en se débarrassant de tout contestataires, ou opposants, y compris dans son propre parti. C’est ainsi que en 1960, la Haute Volta s’affranchit de la France, et devient sous l’impulsion de ce Monsieur Maurice, grand admirateur de la Cote d’Ivoire de Houphouet Boigny, une dictature anti-communiste. Il sera renversé en 1966.

Deuxièmement, la nuit du 4 au 5 aout 1983, coup d’état militaire, Thomas Sankara, ancien premier ministre, prend le pouvoir en renversant le putschiste, lui aussi, Jean Baptiste Ouedraogo. Il faut dire que l’histoire de la Haute Volta est semé de coup d’état, et autres intrigues politico-militaire : en 1966, Maurice Yameogo, est renversé par le colonel Lamizana, qui sera déchu en 1980, cédant sa place au colonel Saye Zarbo, qui sera déposé 2 ans plus tard, en 1982, par le médecin militaire Jean Baptiste Ouedraogo, ce qui nous ramène à cette nuit du 4 au 5 aout 1983, ou il sera renversé par l’ancien chef de son gouvernement, Thomas Sankara. Ce dernier prend la tête du Conseil national révolutionnaire, d’inspiration marxiste et anti impérialiste, il entreprend une série de reformes fondamentales, visant à sortir son pays de la misère, a lutter contre la corruption, il s’appuie sur des catégories de la population jusqu’alors délaissé par les politiques, les femmes et les jeunes. Le 15 octobre 1987, Thomas Sankara est assassiné par son plus fidèle compagnon, Blaise Compaoré, probablement sur ordre du français Mitterand, et avec l’aide de Kadhafi, et de l’ivoirien Houphouet Boigny.

Troisièmement, le 5 aout 1984. Comme vous l’avez surement remarqués, jusqu’à présent il n’est question que de Haute Volta, peuplé par des voltaïques, car c’est, sous l’impulsion émancipatrice de Sankara, le 5 aout 1984 que le pays abandonne le nom de Haute Volta, pour adopter celui de Burkina Faso, qui signifie “Pays des Hommes Intègres“.

Conclusion, bonne fête de l’indépendance à tous les burkinabés, une occasion de se rappeler le parcours de Thomas Sankara, ce dirigeant hors norme, qui est encore aujourd’hui un modèle pour toute jeunesse africaine.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.