Teddy Yo et le Guraggetone, ou le reggaeton à l’éthiopienne

Que se passerait il si vous croisiez « Despacito » de Luis Fonsi et « Yekermo Sew » de Mulatu Astatke, qu’à ceci vous rajoutiez un Kendrick Lamar tentant de tenir son flow sur une gamme pentatonique éthiopienne et que vous fourriez le tout dans une galette d’injera sonore en arrosant copieusement de niter kibbeh et de beats et harmonies traditionnelles du sud de l’Éthiopie… ? Et bien vous obtiendrez probablement un résultat proche de ce que fait Teddy Yo.

L’artiste éthiopien porte, tant bien que mal, le flambeau des musiques urbaines et hip-hop dans un pays où il est parfois compliqué de sortir de l’ombre des monuments du passé. Mais depuis ses débuts il y a plus de 10 ans avec le collectif Gamo Boys, Teddy Yo a su affiner, maitriser, métisser son rap, afin d’imprimer sa propre empreinte au genre. En 2009, c’est en mélangeant le hip-hop, le reggaeton et les rythmes traditionnels du sud de l’Éthiopie, ceux de l’ethnie des Gouragués (orthographié parfois Gurague) qu’il a créée son propre courant, le Guraggetone !

Aujourd’hui, l’artiste commence enfin à avoir la légitimité et la notoriété qu’il mérite en Éthiopie, et peut continuer ses expérimentations sonores comme avec son dernier album Arada Vol 2, ou l’on peut entendre un hip-hop décliné dans diverses tonalités et genre, se frotter aux mélodies et aux instruments de l’Éthiopie traditionnelle. On en écoute deux extraits ci-dessous avec le reggaeton, ou gurrageton de « Banchi Miknyat », et le clip d’un classique éthiopien de Tlahoun Gèssèssè, « Algentaye », revisité en version hip-hop en featuring avec Joe Lax !!

Le disque Arada Vol 2 est disponible ici, n’hésitez pas à vous le procurer d’autant plus que tous les bénéfices seront reversés à des œuvres pour les plus démunis.

Teddy Yo – “Banchi Miknyat” :

 

Teddy Yo – “Algentaye” :

 

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Arada Vol 2 » le dernier disque de Teddy Yo, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.