Pamela Badjogo, le cinquième élement de l’émancipation féminine

Étrange face à face dans le western moderne du dernier clip de la chanteuse gabonaise Pamela Badjogo ! Cette chanteuse gabonaise qui s’est d’abord fait connaître sur les terres mandingues, celle du Mali, où elle réside, est, après avoir secondé bon nombre d’artistes ouest-africains, de Cheikh Tidiane Seck à Salif Keita, en passant par Oumou Sangaré et Mathieu Chédid (bon, oui, ce dernier n’est pas vraiment ouest-africain, mais il le souhaiterait tellement !), de retour en solo et en studio, avec un projet d’album, Kaba, qui devrait voir le jour au printemps 2020. Mais dont on peut dès à présent découvrir un premier extrait, avec ce clip tout en dualité, « Ngoka » !

Dans un décor de saloon à l’africaine, la chanteuse fait s’affronter deux versions d’elle même. Une première Pamela, barmaid, sobrement habillée et tressée, en train d’astiquer des verres derrière son comptoir, fait face à une tout autre Pamela ! Une Pamela qui, avec son tissage orange, prend des airs d’héroïne de film de Luc Besson, oui comme Milla Jojovich dans le 5e Element, et débarque comme une tornade dans l’établissement de la première, pour siroter un verre, se mettre au piano, et confronter sa liberté à l’asservissement de Pamela numéro 1. Derrière cette rencontre surprenante, Pamela Badjogo cherche à dresser une métaphore entre l’image d’une femme asservie à une société patriarcale, et celle d’une femme libérée, que l’on cherche trop souvent à confondre avec les figures de l’aventurière, de la michtoneuse, ou même de la prostituée…. On vous laisse découvrir l’issue de l’affrontement !

Musicalement, la dualité Pamela Badjogo est intéressante, tout du long de ce « Ngoka » on danse sur la tranche d’un blues futuriste qui oscille entre le savoir-faire malien en la matière, et une artiste dont on sent poindre le terroir gabonais, avec ces légendes et ses icônes… Pierre Akendengue ça vous parle ?! Et pour ordonner le roulis des basses, les saturations des synthés, la vibration des flûtes peules, c’est un Ghanéen, célèbre, qui s’est glissé dans le costume de l’arrangeur, Kwame Yeboah, oui celui-là même qui se cache également derrière le retour de la star du highlife Pat Thomas !

Et au « Ngoka » de Pamela Badjogo, que l’on pourrait traduire en français par « Et tu vas faire quoi ? », on lui répondra qu’on va attendre le printemps prochain pour en savoir plus sur Kaba !

Pamela Badjogo – “Ngoka” :

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Ngoka » le dernier clip de la chanteuse gabonaise Pamela Badjogo, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.