Manara de Alsarah & Nubatones, un phare sur le Nil

Voilà une nouvelle des plus réjouissantes, Alsarah & The Nubatones et leur savoureuse pop nubienne vont bientôt faire leur grand retour sur un disque, que l’on nous promet déjà comme un Dark Side Of The Moon soudanais… il s’agit de Manara. Ce nouvel album, attendu pour la fin septembre chez Wonderwheel Recordings, s’annonce comme une bouffée d’air frais, dans la vie du groupe — qui vient de traverser une épreuve difficile après qu’un de ces membres, l’oudiste Haig Manoukian, ait perdu la vie après une longue lutte contre le cancer — et dans un monde de plus en plus anxiogène, où des populations de plus en plus nombreuses, précipitées dans le chaos de la guerre, ou de la misère, se retrouvent plongées dans une sorte de grand exode perpétuel, passant de camps de réfugiés en camps de réfugiés, ou se heurtant aux frontières d’états de plus en plus xénophobe et peureux.

Ce Manara se veut donc dans tout ce chaos, et cette misère, un phare dans la nuit ; une lumière sonore qui éclaire tant bien que mal ces routes obscures de la migration, que ne connait que trop bien la chanteuse Alsarah. Cette native de Khartoum au Soudan fut elle aussi précipitée, dès son plus jeune âge, sur le chemin de la fuite pour la survie, quittant le Soudan après le coup d’État de Omar el-Bechir, elle, et ses parents, trouvent d’abord refuge dans un camp au Yémen, mais là aussi la guerre les rattrape, en 94 ce petit pays à la pointe de la péninsule arabique se déchire en 2, entrainant une guerre qui causera plus de 10 000 morts. La famille obtint ensuite le statut de réfugié politique aux États-Unis.

C’est cette enfance marqué par cette course pour la vie, ainsi que la notion d’identité, partagée entre la sauvegarde du patrimoine musical nubien et la quête d’une identité nouvelle qui s’affranchit de plus en plus des frontières — en témoigne la réussite du groupe dans des tournées qui les ont menés sur les routes côtières australiennes, dans les campagnes anglaises, ou encore le long des trik marocaines — qui meut la musique de Alsarah, et en particulier de ce futur album Manara, dont on découvre un premier clip, celui du titre « Ya Watan » !

 

Alasarah & The Nubatones – “Ya Watan” :

 

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Manara » le nouvel album de Alsarah & The Nubatones, n’hésitez pas à visiter notre page Facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

 

 

1 réflexion au sujet de “Manara de Alsarah & Nubatones, un phare sur le Nil

Laisser un commentaire