La Cover : Quizás, quizás, quizás à l’épreuve du monde arabe

Qu’elle soit fidèle, de qualité, décalée, amusante, tordue, surpassant l’original, professionnelle ou amatrice, on s’intéresse, tous les mardis, aux reprises dans toutes ses formes ; et, aujourd’hui, on s’intéresse à un titre culte « Quizás, quizás, quizás » .

De tous les titres, toutes les chansons, toutes les musiques jamais composées, il y en a certains qui ont connus des destinés fulgurante, égrainant leurs notes et leurs harmonies aujourd’hui connu de tous, au travers du monde et du temps ; il en est ainsi avec le plus célèbre des boléros cubains, « Quizás, quizás, quizás ».

Composé en 1947 par le compositeur et animateur de radio cubain Osvaldo Farres, l’indolence du groove, et l’insolente légèreté du propos ont su largement séduire le public de Cuba, et d’au-delà ! Popularisé à l’étranger par des artistes comme Arielle Dombasle… non surement pas ! mais par contre on peut citer Nat King Cole et Doris Day pour les adaptations américaines, parfois d’ailleurs sous le titre “Perhaps Perhaps Perhaps”, on peut aussi citer Luis Mariano et son très français « Qui sait, Qui sait, Qui sait » !

N’oublions pas non plus de dire que la chanson en plus d’avoir parcouru les sillons des disques du monde entier, les planches des salles de spectacles, et les dancefloors des clubs, depuis les années 50, a également eu une carrière cinématographique remarquable ; faisant des apparitions notables aussi bien dans les introspections intellectuelles du réalisateur espagnol Pedro Almodovar, que dans la poésie de la spontanéité du chinois Wong Kar-wai, en passant par la rareté de Terrence Malick, ou encore dans les Carnets de Voyage che-guevaresque de Walter Salles.

Mais là où “Quizás, quizás, quizás” a également resonné avec fracas c’est dans le monde arabe, il faut dire que dès le départ, la chanson fut portée par une ambassadrice de talent, l’une des plus grandes chanteuses libanaises, si ce n’est la plus grande, Fairouz ! L’adaptation en arabe de Fairouz sorti en 1955 sous le nom de « Torah (تُراه) », qui n’est que la traduction de « peut-être » en arabe, est, sans surprise, le fruit du travail des frères Rahbani, qui ont encadré une bonne partie du travail de la diva libanaise (il faut dire que l’un d’eux, Assy, fut son mari). Malgré peut-être (et c’est le cas de le dire !) quelques réticences des académistes adeptes de la longue mélopée orientale, cette incursion arabe sur des terres sonores latines remporta un grand succès, et le titre ne tarda pas à s’imposer aux quatre coins du monde arabe, essaimant ainsi la fameuse mélodie sur les carnets de partitions des musiciens locaux !

La chanson prit même un nouvel envol, et un nouveau titre « Chehilet laayani » (que vous pouvez traduire par “la fille aux yeux de miel”), sur la scène algérienne devenant un des grands classiques du chaabi algérois, et s’incarnant dans les mains d’artistes comme Abdelhakim Garami, l’aide-comptable devenu chanteur, à qui on attribut la paternité algérienne de « Quizas, Quizas, Quizas » en 1958, bien que la première version enregistrée sur disque arrive l’année suivante avec le chanteur Mohammed Zerbout.

Depuis les versions ne cesse de ce succéder que ce soit en Algérie avec notamment les interprétations de Abdelkader Chaou, ou Kamel Messaoudi, en Tunisie, plus récemment, la chanteuse Syrine Ben Moussa, accompagnée de Baaziz, en a également délivré une version. On peut également noter le travail des Libanais Jean-Maris Riachi, Rami Ayach et Abir Nehme, qui en 2008 ont redonné un nouveau titre à la chanson, « Belaaks », et une orchestration oscillant entre pop libanaise et bossa-nova.

 

Playlist des versions arabes de “Quizas Quizas Quizas” :

Tracklist :
1. Fairouz (Liban)
2. Mohamed Zerbout (Algérie)
3. Kamel Messaoudi (Algérie)
4. Abdelkader Chaou (Algérie)
5. Syrine Ben Moussa & Baâziz (Tunisie/Algérie)
6. Jean-Maris Riachi, Rami Ayach et Abir Nehme (Liban)

 

Playlist des versions de “Quizas Quizas Quizas” d’autres parties du monde :

Tracklist :
1. Celia Cruz (Cuba)
2. Ibrahim Ferrer & Omara Potuondo (Cuba)
3. Trio Los Panchos (Mexique/Porto-Rico/US)
4. Luis Mariano (France)
5. Geeta Dutt (Inde)

Bon vous insistez vraiment? Vous êtes sur? Ainsi soit-il voici la version de l’une des plus grandes chanteuses que la France n’ait jamais porté…. Arielle Dombasle !

 

Si vous avez apprécié cette Cover du Mardi sur les version arabes de « Quizas Quizas Quizas», n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire