La Cover : Baloji face à un monument de l’indépendance

Qu’elle soit fidèle, de qualité, décalée, amusante, tordue, surpassant l’original, professionnelle ou amatrice, on s’intéresse, tous les mardis, aux reprises dans toutes ses formes ; et, aujourd’hui, on s’intéresse à une reprise d’un des plus grands tubes de la musique africaine, « Independance Cha-Cha ».

« Indépendance Cha-Cha », il s’agit là d’une chanson, porteuse du vent de liberté et d’espoir, qui a soufflé sur le Congo, et l’Afrique, en 1960, et qui a su marqué, au-delà de l’histoire musicale africaine, l’Histoire avec un grand H. Composée en janvier 1960, en marge de la fameuse table ronde de Bruxelles qui réunissait les tenants du pouvoir belge, et les principaux responsables politiques congolais, la chanson est l’œuvre du grand Joseph Kasabele (alias Grand Kallé), entouré de quatre musiciens de son African Jazz (Roger Izeidi, Petit Pierre, Déchaud Mwamba et Dr Nico), et, probablement pour marquer l’unité d’un peuple — et aussi à l’image des hommes politiques à la table des négociations, parfois rivaux, mais assis cote à cote pour la liberté (Kasa-Vubu au côté de Lumbumba) — de deux représentants de l’autre grande formation kinoise, le Tout Puissant OK Jazz (Vicky Longomba et Brazzos).

Et si le titre a été écrit pour le peuple congolais, dans les principales langues du pays en lingala, tshiluba et kikongo, sa très large diffusion et son refrain entêtant, lui a fait, plus que largement, dépassé les frontières du Congo, incarnant cet esprit émancipateur de liberté et d’indépendance dans beaucoup d’autres pays africains.

C’est à ce monument de la chanson et de l’histoire que s’attaque l’artiste belge, d’origine congolaise, Baloji, dans une réinterprétation hip-hop intitulée « Le Jour d’Après/Siku Ya Baadaye ». Sortie en 2010, le rappeur y dresse un triste, mais pertinent, bilan des 50 premières années de l’état d’Afrique Central, regrettant les erreurs de jeunesse, et l’immobile stagnation dans laquelle est encore figé le pays.

 

Baloji – « Le Jour d’Après/Siku Ya Baadaye » :

 

Grand Kallé et l’African Jazz – « Independance Cha-Cha » :

 

Si vous avez apprécié cette Cover du Mardi sur la version de « Indépendance Cha-Cha » de Baloji, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

1 réflexion au sujet de “La Cover : Baloji face à un monument de l’indépendance

Laisser un commentaire