In GO(L)D We Trust, la collection d’Amine Bendriouich

Combien de fois nous sommes-nous plaints de cet académisme bourgeois qui ronge le milieu de la mode, que ce soit à Paris, Milan, Tokyo, ou New York ? Cette petite mélodie bien rodée qui fait se presser autour des podiums, à date bien régulière, tout le gotha mondain, venu observer les dernières collections saisonnières empreintes d’un anticonformisme convenable, et signé par des couturiers devenus plus commerçant qu’artiste, malin que créatif (…enfin, il existe quand même quelques exceptions, allez consulter nos pages Mode !).

Eh bien, un souffle venu du Maroc a bien l’intention de bousculer un peu tout ce petit monde bien organisé ! Ce vent de fraicheur est incarné par le créateur et poète Amine Bendriouich, qui avec sa griffe Couture & Bullshit s’affranchit des convenances mondaines et du calendrier des saisons, et se concentre sur l’art !

Dans sa dernière collection In GO(L)D We Trust, Amine Bendriouich met en exergue les stéréotypes et la dualité hypocrite d’un monde arabe qui malgré ses obsessions spirituelles de plus en plus virulentes, reste mus par l’« Arab Money » : le pétrole, l’or, et les pétrodollars.

Cette nouvelle collection marquée par les dorures, l’apparat, les motifs à l’effigie de lingots et de pièces d’or, et la soie noire (représentant le pétrole), est mise en scène dans un film court à l’esthétique bien singulière. Sur une musique de l’excentrique Elyas Khan, qui joue ici le rôle du « Gold Djinn », le clip introduit la sublime modèle berlinoise Caro Cult, et le créateur lui même, dans une sorte d’étrange fantaisie oscillant entre le film noir, et l’orientalisme fantasque et saccadé d’un film du début du siècle dernier !

 

Elyas Khan/Amine Bendriouich – “In GO(L)D We Trust” Half Poet Half Animal :

Les Photos :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur ” In GO(L)D We Trust ” la dernière collection de Amine Bendriouich, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

 

Laisser un commentaire