ChrisA & Napoleon Da Legend, une affaire de diaspora et de vin de palme

Certains s’amusent à tracer des listes « exhaustives » des différents itinéraires de migrations, devant seulement obéir à quelques critères économiques bien précis, et avec lesquels l’on pourrait jouer comme des flux impersonnels, ou, pour reprendre certains mots de personnage de petite stature, que l’on pourrait contrôler comme un plombier avec des fuites d’eau. Mais ces jeux obscènes de cartographes à l’esprit étriqués ignorent bien souvent les réalités humaines du fait migratoire, avec toutes ses singularités, toute sa diversité, et tout son essaimage culturel. Ainsi, ChrisA et Napoleon Da Legend, les deux artistes qui nous intéressent aujourd’hui, illustrent à merveille ses mouvements humains et culturels.

ChrisA, de son vrai nom, Olakitan Christopher Akinyemi, est né à Newark dans le New Jersey, avant de partir avec sa mère à Lagos. À l’âge de 6 ans, il apprendra la caisse claire avec la fanfare de son école, avant de découvrir, de façon autodidacte, l’usage de la guitare et du piano. C’est en retournant s’installer aux États-Unis qu’il fera ses premiers pas sur la scène musicale professionnelle, développant un style à la croisée du hip-hop, de l’afrobeat, et du RnB.

Napoleon Da Legend, le MC de Brooklyn qui lui donne la réplique sur leur dernier titre « Palm Wine », s’inscrit lui aussi dans un mouvement migratoire complexe, qui projette inévitablement son ombre sur le parcours de l’artiste ; à l’image de son patronyme, Napoleon Da Legend, héritage français d’une naissance à Paris. Si le rappeur d’origine comorienne a gardé une proximité avec la France, où il s’est plusieurs fois produit, c’est partagé entre l’Afrique de l’Est, et Washington DC qu’il a grandi et s’est construit.

Et pour nommer le fruit de leur estivale collaboration, les deux artistes ont choisi un nom qui, d’une certaine manière, reflète encore une fois le mouvement des populations et le métissage culturel. Car, si le « Palm Wine », le vin de palme, est avant tout une boisson alcoolisée doucereuse, il fait aussi premiers échos de la musique contemporaine ouest-africaine, quand les orchestres locaux, du Liberia au Nigeria, étaient dispensés de jouer du jazz académique, et autre fox-trot dans les réceptions de l’administration coloniale, se retrouvait dans de petits cabarets, pour jouer une musique qui leurs étaient plus personnelle.

 

ChrisA & Napoleon Da Legend – “Palm Wine” :

 

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur “Palm Wine” le dernier titre de ChrisA & Napoleon Da Legend, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

 

Laisser un commentaire