C’était un 31 juillet : Flamme de la paix en Côte d’Ivoire

Les 30 et 31 juillet 2007 c’est déroulé, à Bouaké, en Cote d’Ivoire, la cérémonie de la Flamme de la Paix, censé marqué l’arrêt des hostilités dans le pays. Effectivement depuis 2002, suite à l’échec du coup d’état perpétré par un groupe armé rebelle emmené par Guillaume Soro, et financièrement soutenu par l’actuel président, Alassane Ouatara, et par le Burkina Faso voisin, le pays était tombé dans une crise politico-militaire, marqué par de nombreuses violences, et ayant abouti à la quasi division de la Cote d’Ivoire : le sud loyaliste, dirigé par Laurent Gbagbo, et le Nord des com-zones au main d’une poignée de chef de guerre, autoproclamé commandant.

En 2007, des ententes furent trouvé entre Soro Guillaume, et Laurent Gbagbo, et c’est cette grande cérémonie de la Flamme de la Paix qui fut organisée pour fêté la fin du conflit en Cote d’Ivoire. C’est en présence des deux principaux belligérants, mais aussi des présidents de beaucoup de pays de la sous région, le malien ATT, le burkinabé Compaoré, Yayi Boni et Faure Gnassingbé, représentant le Bénin et le Togo, Nino Viera de Guinée Bissau, et bien sur le président sud africains, et médiateur de la crise, Thabo Mbeki, que la célébration se déroula ; au programme, dépôt des armes des chefs militaires, destruction d’un canon à la scie, et allumage d’un grand bucher, pour détruire un stock d’armes conséquent.

La joie et le soulagement dans le cœur des ivoiriens après ce premier pas vers la paix, fut de courte durée, effectivement en 2010, les élections présidentielles sont contestés, Alassane Ouatara et Guillaume Soro soulève à nouveau leurs armées du Nord, et le pays s’enfonce à nouveau dans la guerre, jusqu’à ce que Monsieur Ouatara, arrive enfin au fauteuil présidentiel, en avril 2011.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.