Les 3 disques retro pour ambiancer votre réveillon

Au moment où ces lignes paraissent nous sommes à quelques heures du réveillon du jour de l’an, et, peut-être, que pris de cours par les nombreux préparatifs festifs, vous venez de vous rendre compte que le programme musical de ce soir n’est pas encore bouclé.

Pour compléter votre playlist, nous vous proposons d’y ajouter quelques pépites du passé, pour danser, et vous amuser sur de délicieux groove d’antan !!

Marcory Gasoil de Zitany Neil || La crème du soukous congolais

Est-il vraiment besoin d’argumenter ? Marcory Gasoil, sorti en 88 chez Syllart Records, est probablement l’un des disques les plus marquants de la musique africaine ! Le plus abidjanais des Congolais, Zitany Neil, a réuni sur ce disque la crème des musiciens congolais, tant de RDC, que du Congo Brazza, nommons par exemple Lokassa Ya M’Bongo et Dally Kimoko aux guitares, ou encore la présence du jeune prodige Awilo Longomba à la batterie. Une référence soukous indispensable !

Pour en savoir plus

 

Let Me Love You de Bunny Mack || L’imparable tube afrodisco

« You’re my sweetie, my sugar, my baby, my lover. So honey, let me hold ya. Let me love you, forever. Oh yeah ! Oh yeah ! Oh yeah ! » Refrain culte s’il en est ! Cette petite gemme afrodisco, qui a su traverser les âges sans prendre une ride, et enflammer les dancefloors du monde entier depuis 1979, est l’œuvre du Sierra-Léonais Bunny Mack !

Pour en savoir plus

 

This Is Afrika de Afro Sunshine || L’outsider d’Afrique Australe

Mélangeant les influences du mbaqanga sud-africain, de la pop zimbabwéenne, du kwasa-kwasa congolais, du funk américain, ou encore du reggae jamaïcain, le groupe botswanais Afro Sunshine, même s’ils n’ont eu que peu de reconnaissance internationale, a su s’inviter dans l’histoire de la musique africaine, avec un disque marquant au nom simple This Is Afrika.

Pour en savoir plus

 

Si vous avez apprécié cette sélection de 3 disques retro pour ambiancer votre réveillon, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire