Bulawayo Blue Yodel, à la découverte de la country africaine des années 50

Parfois en écoutant ce disque, Bulawayo Blue Yodel, qui vient de sortir sur le label américain Olvido Records, on pourrait se croire en présence d’un de ces disques de early country du début du siècle dernier, ce bouillonnant mélange qui est né dans l’ouest d’une nation encore balbutiante, où les Afro-Américains étaient encore des nègres dans les champs, et parfois des nègres chantants (ah bon, la situation n’a pas tellement changé ?), où les migrants européens baragouinaient encore leur dialecte, et où le yodel des Suisses allemands fréquentait les polkas bohèmes et les gigues celtiques. Mais voilà, le bluegrass, le hillbilly, le country & western, qui nous intéressent ici, ne sont pas américains, mais bien africains !

Quand on parle de la musique africaine des années 50, c’est souvent les influences de la musique latine, les cha-cha-chas, rumba et autres salsa, ou encore du jazz que l’on va pointer le plus souvent du doigt, mais, sur la cote est, du Kenya à l’Afrique du Sud, en passant par le Zimbabwe, encore appelé à l’époque Rhodésie du Sud, cette musique américaine à eu un impact fort !

Alors apprêtez-vous à entendre yodler en shona, à suivre des complaintes en swahili, et surtout à prendre de la guitare plein les oreilles, de la guitare qui slide, de la guitare virtuose, avec ce style de fingerpicking qui est devenue une marque de fabrique de la benga kenyane, au sungura zimbabwéen, car avec Bulawayo Blue Yodel, Olvido Records nous fait découvrir, ou redécouvrir une sélection d’artistes qui ont fait cette country africaine des années 50, derrière laquelle on sent poindre toutes les influences qui marqueront les générations de musiciens futurs. Citons dans les artistes réédités sur ce disque, George Sibanda, Petrus Mntambo, Josaya Hadebe, ou encore Sammy Ngaku.

Olvido Records – Bulawayo Blue Yodel :

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Bulawayo Blue Yodel » le dernier album d’Olvido Records, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.