Ajoyo, entre jazz et rythmes africains

Le saxophoniste Yacine Boularès, ce talentueux Franco-Tunisien, diplômé en musique et philosophie, qui écume depuis quelques années les scènes new-yorkaises au côté des plus grands, vient, avec son collectif Ajoyo — rassemblement éclectique de musiciens de tout bord, partageant un talent musical certain, et un amour des rythmes africains — de sortir un disque éponyme, qui s’annonce probablement comme l’un des  meilleurs de cette première moitié de 2015.

Ajoyo c’est un voyage magique au travers de contrées sonores où se croisent la transe de l’afrobeat et les harmonies d’Afrique du Nord, où le groove du bikutsi camerounais se perd dans la moiteur d’un rythme haïtien, le tout, en suivant un fil conducteur, imprégné de jazz et de soul. Il faut dire que ce rassemblement de musiciens est assez singulier, outre le saxophone de Yacine, on trouve dans leurs rangs, aussi bien, un guitariste israélien, qu’une star de la basse camerounaise, en passant par un trompettiste de la Nouvelle-Orléans, et surtout, la brillante Sarah Elizabeth Charles, dont la voix illumine cet album d’un bout à l’autre.

Synthèse magnifiée de deux aires géographiques et musicale, dédiées à la célébration de la vie, de l’amour et de la justice, l’album, paru sur le label Ropeadope, est écoutable, et achetable (il n’est pas si cher, et c’est une pièce indispensable à votre collection), sur le site de Ajoyo.

 

Ajoyo – Ajoyo :

 

Ajoyo – Benskin :

 

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Ajoyo » le dernier album de Ajoyo, le groupe de Yacine Boularès, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

 

Laisser un commentaire