Wiyaala, la valeur montante de l’afro-pop ghanéenne

Après s’être fait remarquer dans des télé-crochets ghanéens — elle est arrivée seconde du concours Stars of the Future en 2011, puis, l’année suivante, remportait l’édition 2012 de Vodafone Icons avec son groupe Black n Peach — la chanteuse Wiyaala continue son ascension des charts africains, et compte bien s’affirmer comme l’une des nouvelles personnalités de la scène afropop du continent.

Dans la même veine qu’une Angelique Kidjo, Wiyaala séduit avec une pop redoutablement efficace, portée par sa voix puissante. Son album éponyme a rencontré un franc succès sur la scène ghanéenne, il faut dire que si dans ses instrumentales elle emprunte quelques éléments à la tradition pop occidentale ou à la power-house, elle chante majoritairement en Sissala.

Ayant grandi à Funsi, une petite ville du nord ouest-ghanéen, Wiyaala est toute légitime pour porter le message d’une Afrique bousculée entre ruralité et modernité, mais aussi d’une Afrique grevée par la pauvreté et l’injustice social.

« À l’école, j’ai vu des jeunes filles adolescentes tirées hors de la salle de classe pour être mariées. Puis quand vous les revoyez, elles sont enceintes en train de vendre du poivre sur le marché »

« Quand j’étais petite, nous étions souvent affamés. Parfois, nous attrapions une souris, pour la rôtir et nous la partager entre les 3 ou 4 enfants. »

Cet engagement, Wiyaala le porte bien au-delà de ses chansons, il est le fruit de son enfance, pas toujours facile, il est au centre de son engagement musical et social ; d’ailleurs elle est en train de défendre activement un projet au côté du Ministère des Femmes et des Affaires des Enfants ghanéen et de l’Unicef.

On découvre son dernier clip, “TUMA (No Food For The Lazy Man)”, un titre extrait de son album Wiyaala (album que vous pouvez écouter ici).

 

Wiyaala – “TUMA (No Food For The Lazy Man)” :

 

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « TUMA (No Food For The Lazy Man) » le dernier clip de Wiyaala, n’hésitez pas à visiter notre page Facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.