We’ve Landed l’orgasmique réunion de Tony Allen et Hugh Masekela

« We’ve Landed ». Au début il y a cette batterie, fine, incisive et précise, une batterie qui distille ses grooves de manière… chirurgicale, et pas de la chirurgie façon américaine, du genre qui te rase une école, un hôpital, et trois fêtes municipales avant d’atteindre sa cible, non, non, non, ici c’est une batterie qui tape toujours juste, sans jamais s’emballer. Et pour cause derrière les fûts, on trouve Tony Allen, l’homme de Fela, le technicien de l’afrobeat… la légende vivante.

Et puis, ensuite, monte entre les incisions de Tony, un souffle. Un souffle enroué, pointu et cuivré, un souffle qui vibre et qui tremble, un souffle qui coulisse, pistonne et pavillonne, avant de s’envoler, chargé d’émotions et de musiques, un souffle du genre qui peut vous faire lâcher une vulgarité que d’habitude vous réservez à votre moitié, du genre « oh putain », ou « oh mon dieu », mais qui à coup sûr commencera par un râle de plaisir… ce souffle c’est celui de Hugh Masekela, le musicien militant, le père du jazz sud-africain… la légende, qui elle n’est plus.

Si les deux hommes s’étaient promis de collaborer ensemble, depuis leur rencontre dans les années 70, à l’époque en mettant dans le coup Fela Kuti, l’histoire elle en a décidé autrement. Et depuis, aucun disque n’a réuni les deux légendes… Enfin, ça jusqu’à il y a quelques jours quand Tony Allen a annoncé la sortie prochaine, le 20 mars chez World Circuit Records, d’un disque… du disque, celui qui réunira finalement, et même à titre posthume, puisque Hugh Masekela nous a quittés au début de l’année 2018, les deux musiciens ; un disque joliment nommé Rejoice, et dédié à la nouvelle génération !

Alors, bien sûr, comment cela est-ce possible ? Comment Tony Allen a enregistré ce disque avec un trompettiste de légende, certes, mais bien mort il y a deux ans… un subterfuge, un effet technologique comme ce Claude François sur écran de fumée, ou cette Callas holographique qui se lance en tournée ? Non, rien de tout ça ! En fait Tony Allen et Hugh Masekela s’étaient retrouvés en 2010, alors que leurs dates de tournée britannique coïncidaient, dans un studio à Londres sous la houlette du producteur Nick Gold. Les sessions inachevées de cette époque ont été retravaillées par Tony Allen et Nick Gold l’été dernier… et voilà, Rejoice !

En attendant la sortie du disque prévue le 20 mars, on en découvre un premier extrait, « We’ve Landed »… orgasmique et légendaire !

Tony Allen et Hugh Masekela – “We’ve Landed” :

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « We’ve Landed » le dernier titre de Tony Allen et Hugh Masekela, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

5 réflexions au sujet de “We’ve Landed l’orgasmique réunion de Tony Allen et Hugh Masekela”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.