Tres:or, du congobeats métissé à l’anglaise : l’interview

Connu sous les noms de Tres:Or, Tres B, ou encore Tres BB  D’Or, l’artiste congolais Tresor Kiambu est aujourd’hui installé à Londres. Lorsqu’il est arrivé en Angleterre, après avoir du quitter Kinshasa, dans des circonstances pas forcement évidentes, seul mais fort de sa culture musicale congolaise (rumba, ndombolo…), il a exprimé sa solitude à travers une chanson au titre équivoque “Lonely Man”. Aujourd’hui il est libre maintenant de s’aventurer dans différent registres musicaux, comme le reggae, la pop, le RnB, ou même le gospel, il y a d’ailleurs sur son soundcloud tout une série de reprise aussi diverses que variées (Stromae, Lorde, Sia, John Legend…).

Tres:Or nous a fait l’honneur de répondre à quelques une de nos questions :


Djolo : Comment t’es venu l’envie de devenir artiste? Et qu’aurais tu fais si tu n’avais pas chanté?

Tres:Or : Tout à commencé quand j’ai du quitté mon pays, le Congo. Si je n’avais pas chanté, je suppose que j’aurais cherché à devenir footballeur.

 

Djolo : Lorsque l’on parcours ton œuvre, on te retrouve dans beaucoup de style différent, bien sur du reggae, mais aussi des titres presque pop/rock, d’autres clairement dans la lignée de la musique congolaise, certains plus Gospel, et même parfois clairement électro/dance… Comment définirais tu ta musique et ton approche de celle ci?

Tres:Or : …je suis une Afro Pop Star

 

Djolo : Quels sont tes influences musicales? Quelles chansons ont bercées ton enfance? et aujourd’hui?

Tres:Or : J’adore les musiques du Tout Puissant OK Jazz, de Papa Wemba, de Koffi Olomidé, du Wenge Musica BCBG, et de pleine d’autres encore… !!! La chanson qui a bercé mon enfance c’est “Ndombolo” du Wenge Musica BCBG.

 

Djolo : Il y a beaucoup d’événements qui se passent en ce moment en Afrique, qu’ils soient profondément dramatique et inquiétant, comme l’avancée du terrorisme au Mali ou au Nigeria, ou encore les récents massacres de Beni en RDC ; et d’autres qui peuvent faire espérer une vague de liberté qui s’annonce, je pense au Burkina Faso, ou le peuple a réussi, les mains nues, à chasser le dictateur Compaoré…Qu’est ce que ces événements t’inspirent, quels sont tes inquiétudes et espérance pour le continent?

Tres:Or : Je pense qu’on a besoin d’être fort, et qu’on a besoin d’aimer son prochain comme soi même… et je crois qu’un jour, le changement viendra.

 

Djolo : On a parlé de l’Afrique, mais tu es installé à Londres, dans une Europe qui connait aussi des problèmes : morosité économique, montée des radicalismes, du racisme, des inégalités. On a par exemple un président français qui dit, dans le privé, détester les pauvres, qu’il appelle les “sans-dents”. Alors même question, quelles sont tes inquiétudes et tes espérances sur la situation anglaise et européenne?

Tres:Or : Comme je le disais, que ce soit en Afrique ou en Europe, l’Amour est la principale clé.

Djolo : Revenons à la musique, quel est ton meilleurs souvenir musical (concert, rencontre…)?

Tres:Or : Mon meilleurs souvenir musical, c’est quand j’ai joué pour le prince William (famille royale anglaise), au “Big Chill Festival” au Roundhouse, un célèbre théâtre londoniens ; j’y ai travaillé avec le top des auteurs, et des producteurs de l’industrie musicale.

Djolo : Avec quel artiste occidental ou africain rêverais tu de collaborer?

Tres:Or : J’aimerais travaillé avec tout le monde…

Djolo : Quels sont tes futurs projets? Un album en vu?

Tres:Or : Je vous réserve une petite surprise les amis…. vous en saurez plus en 2015 !!!

 

Djolo : Qu’est ce qu’on peut te souhaiter?

Tres:Or : Bonne Chance

 

Djolo : Alors bonne chance et merci pour cet entretien !!

 


 

Tres:Or – “Waves/Am I Wrong (cover)” :

Tres:Or ft. Macha – “Pourquoi” :

1 réflexion au sujet de “Tres:or, du congobeats métissé à l’anglaise : l’interview

Laisser un commentaire