T.A, deux lettres pour du rap soudanais de haute volée

T.A, deux lettres pour Taher Elias a.k.a BallHard, et pour abréger la Taxe d’Apprentissage… mais vous comprendrez plutôt qu’on s’intéresse ici au premier cas, Taher Elias. Pourquoi ? Car il s’agit d’un jeune rappeur d’origine soudanaise qui, depuis sa résidence aux Émirats Arabes Unis, surprend par la qualité de son rap. Passant sans ambages de l’arabe à l’anglais, T.A déroule un flow grave et cinglant, qui fuse et tabasse dans tout les sens, le long d’instrumentales bien produites… À une époque ou beaucoup de jeunes rappeurs se perdent en singeries, essayant de copier leurs idoles, ou se noyant dans l’autotune mal calibré, T.A lui imprime sa propre marque à son hip-hop ! Alors que demander de mieux ?

Des clips ? Oui T.A en fait aussi, et s’ils restent en général relativement simples dans leur réalisation, ils sont bien faits, en tout cas mieux que la majorité de ceux de Fally Ipupa ! Des âmes insolentes pourront toutefois se poser la question de savoir à quoi bon lui serviront toutes les liasses de billets affiché par brouetté dans le clip de son titre « Hunnid/مية », dans un pays où il n’est pas sensé y avoir d’alcool, de drogues, ou de filles. Et nous, à défaut, on se contentera de son rap !

 

T.A – “Hunnid/مية” :

 

T.A – “اصو ما بصدق/I Can’t Believe” :

 

Si vous avez appréciez le contenu de cet article sur “Hunnid/مية” et “اصو ما بصدق/I Can’t Believe”, les derniers titres du rappeur soudanais T.A, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.