La sève monte dans le tronc du Zaiko Langa Langa, le baobab de la rumba

Pépé Felly, le cheminot du sebene, Evoloko Lay-Lay Joker, dit la carte qui gagne, Grand-Père Bozi Boziana, le casque bleu choc, Papa Wemba, le chef du village Molokaï, Jossart N’Yoka Longo, la sève du vieux Bombas…

Voilà qui est fait ! Oui, on ne pouvait pas commencer un post sur l’un des groupes majeurs de l’histoire de la rumba congolaise, même l’un des groupes majeurs de l’histoire de la musique africaine sans un atalaku comme il se doit ! Surtout que là, on a remisé les Jean Jacques coiffeur des stars, les Marie Helene danseuse chic et choc, et autre Jean l’homme élégant de Paris, ou de Zurich, pour nous concentrer et attirer le regard uniquement sur des membres de l’illustre baobab de la rumba congolaise… le groupe Zaiko Langa Langa ! Et avec ce groupe mythique qui s’apprête a célébrer ces cinquante années de carrière, et qui a vu passer dans ses rangs pas moins de 44 chanteurs, 37 guitaristes, 10 batteurs, 39 danseuses, ou encore 8 claviéristes, le choix de ceux qui allaient égayer notre atalaku n’a pas été une mince affaire !

Cinquante ans de carrière, 30 albums et 325 chansons, et pas moins de 35 pas de danse créés, bah oui, la rumba congolaise ce n’est pas que de la musique c’est aussi de la danse ! Pour célébrer comme il se doit cet événement il fallait au moins un album, non il fallait au moins un double album ! Un double album dans lequel coule toute la sève du Zaiko Langa Langa, coule toute cette histoire qui remonte aux années 70, à l’époque ou le Congo était encore le Zaïre, coule ces décennies de grooves, d’envolées de guitares, de sébènes enflammés, et de querelles tout aussi enflammées, avec toutes les scissions, tous ces groupes nés du Zaiko Langa Langa, lorsqu’untel ou untel, sur un coup de tête, une crise d’ego, ou un désaccord, est parti former là l’Anti Choc, ici le Viva la Musica, ou encore là bas le Langa Langa Stars. Oui c’est ça l’histoire de Zaiko Langa Langa, une histoire à la Congolaise, qui commence par un atalaku et finis par un coup de reins final, une histoire qui fait que le groupe congolais, qu’il soit gorgé de sève comme avec cet album qui va sortir le 25 septembre, et qui s’appelle… on vous a dit qu’il s’appellera Sève ? Non ? Vraiment ? Oui c’est pour ça qu’on parle de sève depuis le début de ce post ! Donc qu’il soit bourgeonnant et rempli de vigueur comme aujourd’hui, ou qu’il soit vidé de toute substance, comme cela est souvent arrivé dans l’histoire du groupe… le Zaiko Langa Langa est, et restera, il est le pilier de la rumba congolaise, le pionnier du soukous, il est le véritable immortel.

Zaiko Langa Langa – “Système Ya Benda” :

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Sève » le dernier album du groupe congolais Zaiko Langa Langa, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.