Second Souffle : Malaika

Aujourd’hui nous allons parler d’une chanson d’Afrique de l’Est, qui a déjà fait le tour du monde, au travers des plus grandes voix, dont Miriam Makeba, ou encore Angelique Kidjo ; vous l’aurez compris il s’agit de “Malaika”.

Mais revenons aux origines de cette chanson, dont le titre signifie Ange en swahili : bien que sujette à controverse la parenté de cette chanson est communément attribué au kényan Fadhili William, qui l’a chanté pour le première fois, pendant l’émission de radio The Voice Of Kenya, en 1958 ; et l’a enregistré deux ans plus tard, en 1960, avec son groupe, les Jambo Boys, et Fundi Konde.

 

 

Les controverses quant à l’origine de ce titre sont du au fait, que certain affirment que la chanson aurait été importé par le corps de fusiliers africains, servant la couronne anglaise ; qu’un compositeur tanzanien en revendique également la création ; ou encore que, lorsque la sud-africaine Miriam Makeba, la chante, elle la présente comme une chanson venant de Tanzanie.

C’est d’ailleurs cette dernières qui a fortement contribué à l’internationalisation de “Malaika”. Elle l’a d’abord chanté avec son ami, le “King Of Calypso”, Harry Belafonte, sous le nom “My Angel” en 1965 ; elle aura au préalable ralentit le tempo, et glissé un couplet de sa création, entre les deux originels.

 

 

Puis les deux musiciens, continuerons de l’interpréter régulièrement chacun de leur coté ; c’est d’ailleurs la version de “Malaika” de Mama Africa, qui inspirera bon nombre de reprise, sur le continent et au delà.

 

 

Effectivement, le titre “Malaika”, a également connu un grand succès au travers de nombreuses autre grandes voix, comme en témoigne l’interprétation, particulièrement connue, et inspirée de la version de Miriam Makeba, qu’en a fait la chanteuse béninoise Angélique Kidjo.

 

 

Il y’a eu depuis beaucoup d’autres versions d’artiste venant d’univers très différents, citons par exemple : la chanteuse du Burundi Khadja Nin, la chorale sud africaine Soweto Gospel Choir, la kenyane Suzanna Owiyo, les stars du disco jamaïco-antillais Boney M, la version instrumentale américano-malienne de Bob Brozman et Djeli Moussa Diawara, ou encore le chanteur folk américain Pete Seeger.

 

Pete Seeger – “Malaika” :

 

Boney M – “Malaika”

 

 

 

 

Si vous avez appréciez le contenu de cet article sur “Malaika” et ses origines, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention “j’aime”.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.