Second Souffle : Malaika

Aujourd’hui nous allons parler d’une chanson d’Afrique de l’Est, qui a déjà fait le tour du monde, au travers des plus grandes voix, dont Miriam Makeba, ou encore Angelique Kidjo ; vous l’aurez compris il s’agit de “Malaika”.

Mais revenons aux origines de cette chanson, dont le titre signifie Ange en swahili : bien que sujette à controverse la parenté de cette chanson est communément attribué au kényan Fadhili William, qui l’a chanté pour le première fois, pendant l’émission de radio The Voice Of Kenya, en 1958 ; et l’a enregistré deux ans plus tard, en 1960, avec son groupe, les Jambo Boys, et Fundi Konde.

 

 

Les controverses quant à l’origine de ce titre sont du au fait, que certain affirment que la chanson aurait été importé par le corps de fusiliers africains, servant la couronne anglaise ; qu’un compositeur tanzanien en revendique également la création ; ou encore que, lorsque la sud-africaine Miriam Makeba, la chante, elle la présente comme une chanson venant de Tanzanie.

C’est d’ailleurs cette dernières qui a fortement contribué à l’internationalisation de “Malaika”. Elle l’a d’abord chanté avec son ami, le “King Of Calypso”, Harry Belafonte, sous le nom “My Angel” en 1965 ; elle aura au préalable ralentit le tempo, et glissé un couplet de sa création, entre les deux originels.

 

 

Puis les deux musiciens, continuerons de l’interpréter régulièrement chacun de leur coté ; c’est d’ailleurs la version de “Malaika” de Mama Africa, qui inspirera bon nombre de reprise, sur le continent et au delà.

 

 

Effectivement, le titre “Malaika”, a également connu un grand succès au travers de nombreuses autre grandes voix, comme en témoigne l’interprétation, particulièrement connue, et inspirée de la version de Miriam Makeba, qu’en a fait la chanteuse béninoise Angélique Kidjo.

 

 

Il y’a eu depuis beaucoup d’autres versions d’artiste venant d’univers très différents, citons par exemple : la chanteuse du Burundi Khadja Nin, la chorale sud africaine Soweto Gospel Choir, la kenyane Suzanna Owiyo, les stars du disco jamaïco-antillais Boney M, la version instrumentale américano-malienne de Bob Brozman et Djeli Moussa Diawara, ou encore le chanteur folk américain Pete Seeger.

 

Pete Seeger – “Malaika” :

 

Boney M – “Malaika”

 

 

 

 

Si vous avez appréciez le contenu de cet article sur “Malaika” et ses origines, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention “j’aime”.

Laisser un commentaire