Du reggae, du punk et des fauteuils roulant, c’est Mal Élevé

Du reggae avec un beat qui tape presque comme de la jungle, une énergie tout droit sortie du punk, le vrai celui d’Europe qui sent la binouze et le chien mouillé, des messages rageurs qui appelle à ériger des barricades et à lutter contre les injustices… encore un truc de gaucho, hein ! Des emprunts au rap par-ci par-là… et surtout un gout pour la provoc » et la marge, assumé jusqu’à son nom de scène, Mal Élevé !

Fier de cette mauvaise éducation — alors qu’en fait, on va le voir, il est peut-être meilleur citoyen que beaucoup de notables de son pays l’Allemagne, car, oui, personne n’est parfait, mais Mal Élevé est un artiste franco-allemand — Mal Élevé est dans une langue ou dans l’autre, dans sa musique, comme dans sa vie personnelle, un individu engagé. Quand il n’est pas sur scène en train de scander ses hymnes révolutionnaires sur un air de reggae, ou de ska, Mal Élevé milite politiquement, est engagé non seulement auprès de sa communauté, mais aussi en Afrique, et plus particulièrement au Sénégal, où il mène depuis près de 15 ans la campagne Rollis for Africa, qui y convoie et fournit des fauteuils roulants.

Et pour nommer son dernier titre, ce fier à bras de l’altermondialisme qui pique juste a choisi le simple adverbe de négation en français, « Non » ! Avec ce petit condensé d’énergie contestataire plus apprécié sur les barricades que dans les stades, Mal Élevé tease la sortie prochaine de son nouvel album Megafon, attendu, déjà le poing en l’air, à l’été.

Mal Elevé – “Non” :

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Non » le dernier titre de l’artiste franco allemand Mal Élevé, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.