Out Of My Hand, récit migratoire et message universel

Réalisateur japonais, casting libérien, voyage entre l’Afrique et les États-Unis, fantôme de la guerre civile, et désillusion de la terre promise… le dernier film de Takeshi Fukunaga s’annonce très intéressant !

Dans Out Of My Hand, Takeshi raconte l’histoire de Cisco, un ouvrier agricole libérien dont la vie bascule lorsque, à cause d’une grève qui paralyse sa plantation d’hévéa, il se retrouve contraint de changer de vie, de partir ; partir seul, pour New York, où vit un de ses lointains cousins. Un voyage qui s’annonce comme la promesse d’une vie meilleure pour lui, et pour sa famille… mais aussi celle d’un sacrifice, celui de la terre qui l’a vu naitre, celui de sa famille qui, obligée de l’attendre, se sent trahie, abandonnée. À son arrivée à New York, Cisco se rend très vite compte que ce Nouveau Monde, cette terre de réussite pleine de promesses et de rêves, est en réalité d’un caractère bien plus moribond et scélérat que prévu ; de plus, trouvant tant bien que mal sa place dans la petite communauté libérienne new-yorkaise, il y croise un ancien enfant-soldat, ayant sévi durant, ou plutôt ayant subi, la guerre civile ; une rencontre qui le renvoie à ses propres démons.

Takeshi Fukunaga signe ici un film très intéressant, d’ailleurs déjà salué dans différents festivals cinématographiques (Los Angeles Film Festival, Raindance Film Festival, mais aussi à Berlin ou à Stockholm), qui au travers de ce récit migratoire réussit à mettre en exergue les singularités de personnages complexes, et à en distraire une réflexion plus large sur notre monde et son fonctionnement. Une objectivité qui s’explique par la distance du réalisateur sur son sujet ; n’ayant dans son environnement que peu de lien avec le Liberia, il réussit à extraire l’universalité de cette situation, et laisse à ses acteurs le soin d’apporter l’authenticité de la part libérienne du film.

Il faut dire que beaucoup de ses acteurs débutent dans le cinéma avec Out Of My Hand, un peu à l’image du premier rôle, interprété par l’acteur libérien Bishop Blay, qui, s’il avait déjà joué quelques pièces dans le camp de réfugiés où il s’était exilé durant la guerre civile, signe ici une première apparition magistrale dans une grosse production.

Je finirais cet article comme je l’ai commencé… réalisateur japonais, casting libérien, voyage entre l’Afrique et les États Unis, fantôme de la guerre civile, et désillusion de la terre promise… le dernier film de Takeshi Fukunaga s’annonce très intéressant !!

 

Out of My Hands Extrait 1 :

 

Out of My Hands – Extrait 2 :

 

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur Out Of My Hand de Takeshi Fukunaga, n’hésitez pas à visiter notre page Facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

 

Laisser un commentaire