EN LIVE : Adiouza, le talent de père en fille

Il y a des familles où le talent ne s’embarrasse pas à sauter des générations, comme le voudrez l’adage populaire ; c’est le cas de la famille de Ousmane Diallo, que vous connaissez surement mieux sous le nom de Ouza Diallo. Ouza Diallo, monument de la musique sénégalaise engagé, qui a fait danser autant qu’il a dénoncé les malversations du régime sénégalais des années 60 et 70, par le biais de ses groupes, 4 Femmes dans le vent, Ouza et les Filles Branchées ou encore Ouza et ses Ouzettes, a eu deux enfants qui ont réussi a tiré leurs épingles du jeu musical sénégalais.

Son fils Cheickh Lo, s’est illustré au piano, tandis que sa fille, Adiouza, qui nous intéresse aujourd’hui, s’est, elle, illustrée en reprenant le flambeau de la musique populaire sénégalaise, le mbalax.

De son vrai nom Adji Kane Ouza Diallo, Adiouza a réellement percé sur la scène nationale sénégalaise en 2008, avec la sortie de son premier album Maadou, qui lui a valu de remporter le titre de révélation féminine de l’année. Formée à l’ethnomusicologie en France, Adiouza propose un mbalax métis et profond, en dépit de ses apparences légères, saupoudrées de tenues affriolantes et de danses sexy !

On la retrouve sur la scène de l’institut français de Dakar (ancien CCF), où elle défendait, en mars 2014, la sortie de son album Li Ma Doon.

 

Adiouza – EN LIVE à l’intitut français de Dakar :

 

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur le live de Adiouza à l’institut français de Dakar, n’hésitez pas à visiter notre page Facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

 

Laisser un commentaire